Accueil Culture Coup d’envoi aujourd’hui à Tizi-Ouzou

Festival international de la littérature et du livre de la jeunesse

Coup d’envoi aujourd’hui à Tizi-Ouzou

2248

La maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou abritera, à partir d’aujourd’hui, la 6ème édition du festival international de la littérature et du livre de la jeunesse (FELIV) qui s’étalera jusqu’au 22 de ce mois. La maison de la culture de Tizi-Ouzou a concocté à cette occasion, un programme qui permettra au public, notamment les plus jeunes, de découvrir le monde de la littérature. Le FELIV est organisé cette année à travers trois régions du pays. En effet, en plus de Tizi-Ouzou, des programmes sont mis en place par les initiateurs à Alger et Tipaza et ce depuis jeudi dernier. A la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou, et pour la première journée du festival, (en l’occurrence aujourd’hui), des ateliers de dessin et d’écriture pour la création de contes sont prévus. La partie littérature de la manifestation sera pour sa part abritée par le petit théâtre de l’établissement culturel. Elle sera assurée par une multitude d’écrivains, invités pour présenter et parler de leurs livres et autres ouvrages au public local. Pour la journée de lundi, trois romancières interviendront pour parler de leurs romans historiques respectifs ayant pour thème la guerre de libération nationale. Un regard étranger sur l’histoire coloniale du pays sera également proposé à travers le roman de Christelle Baldeck (Ecrivaine, journaliste), intitulé « Sujets tabous » datant de 2011 et celui de Monique Rivet (Ecrivaine, universitaire) qui raconte l’année 1957 à Sidi Bel-Abbès dans le livre de « Le Glacis ». Se joindra à elles Maïssa Bey (Romancière, pédagogue) pour parler de certains de ses romans qui traitent du même sujet, à savoir la période coloniale qu’a vécue le pays. Des romans qui traite de la guerre d’Algérie en 1954, mais aussi de la décennie noire. Elle présentera, son dernier roman « Puisque mon cœur est mort ». Pour mardi, c’est sous le thème de « vérité pour une mémoire » que les conférences seront animées. Avec l’intervention de figures du mouvement national algérien, combattants de l’ALN (Armée de libération nationale), jeunes intellectuels français enseignants en Algérie, ayant raconté 50 ans après, dans leurs ouvrages respectifs la guerre telle qu’ils l’ont vécue. La dernière table ronde aura lieu vendredi 21 juin sous le thème « Petites aventures en famille ». En parallèle, et pour assurer l’animation lors de ce festival qui s’invite au niveau de la wilaya, d’autres activités ont été incérées dans le programme. C’est le cas des ateliers d’écriture et de calligraphie, ainsi que des spectacles de jeunesse. Des animations musicales sont aussi au menu. En effet, des concerts animés par une pléiade d’artistes sont prévus pour les journées du 17 au 20 juin, dont Triana d’Alger, Taous Arhab et Brahim Medani, ainsi que J’Maoui Africa Dabademba.                                              

T. Ch.