Accueil Culture Tilleli, ou la rencontre des deux rives de la Méditerranée

CHANSON - Nouvel album de Bangril et Bihik

Tilleli, ou la rencontre des deux rives de la Méditerranée

777

C’est un ‘’album concept’’ qui réunit le chanteur français Bangril et l’algérien Bihik, avec des thèmes et des styles puisés dans la culture méditerranéenne, du nord et du sud. Daniel Bourguet et Abdelhak Ziani, de leurs vrais noms, ont déjà travaillé ensemble, notamment en parcourant l’Algérie dans une série de spectacles. Pour Daniel Bourguet alias Bangril, c’est le troisième album qu’il consacre aux airs du bassin méditerranéen. Ses chants sont un surprenant croisement entre différents styles de musique. Ce nouvel opus est intitulé «Tilleli», en hommage à la liberté et aux combats qui la jalonnent. Et c’est cet amour pour la liberté qu’il a en commun avec Bihik, ce percussionniste berbère fier de son amazighité. L’album Tilleli comprend une dizaine de titres, des adaptations de chansons du terroir, des chansons emblématiques de grands auteurs méditerranéens, comme Slimane Azem, Matoub Lounes, Taos Amrouche, Georges Moustaki, etc. Le résultat est aussi surprenant qu’admirable. Le choix des voix, est également une des belles surprises de cet album. A côté de celle de Bangril présente sur les dix titres, celle de Bihik se retrouve dans plus de la moitié des chansons, soit en intervenant directement ou en assurant les chœurs avec Nadia, Rachid, Yasmina, Menana, Kenza et Nadir. On retrouve également dans cet album les voix de Manana Hamadi, Nadia Saïri, Fatma Belhadja, Djidji, Nadir Laïchour, Dahmane Bendahmane, un groupe de femmes anonyme de Kabylie, Jean Michel Poisson et Lamia Slimani. Pour les connaisseurs de la musique des deux rives, on peut reconnaître dans cet album des morceaux d’Oulahlou, Georges Moustaki, Taos Amrouche, l’Espagnol Philippe Carmona et le Marocain Rachid Sbaï … Pour réaliser ce travail qui a pris près de deux années, Bangril a dû sillonner plusieurs régions, à la découverte des différents types de sonorités méditerranéennes. Il a été plongé dans des fêtes de mariage en Kabylie, a découvert les chants de Taos Amrouche. Il a écouté les chansons de Matoub et frissonné à l’histoire du printemps dit arabe. Il a écouté les contes, écrit des chansons, accompagné de Bihik qui lui ouvrait des portes de la musique du Sud. L’enregistrement de ce travail a pu se faire grâce à des studios qui leur ont ouvert leurs portes, notamment à Tizi-Ouzou et dans le Sud de la France. La thématique de l’album est donc la liberté, mais le duo a également abordé la révolution du Jasmin en Tunisie, la décennie noire en Algérie, à travers la chanson Kenza de Matoub… Un parfait bouquet musical, multiculturel.
F. A. B.