Accueil Culture Le bébé sauvé des eaux

Le bébé sauvé des eaux

1857

(2e partie)

Un jour, alors que le jeune garçon avait quinze ans, il accompagna comme à l’accoutumée ’’son père’’ au marché de la capitale pour vendre le produit de leur pêche.A un certain moment, le pêcheur s’absenta et laissa ’’son fils’’ seul. Il faisait chaud ce jour-là. Le garçon qui était devenu beau et vigoureux était torse nu. La servante attitrée de la reine qui passait par hasard, le dévisagea intensément. Son regard était attiré, par la tâche noirâtre, qu’il avait à la base du cou. Elle fait très vite le rapprochement entre le bébé qu’elle avait jeté aux flots et ce jeune adolescent qui vendait du poisson.Elle s’approcha de lui, lui pose plusieurs questions, afin d’avoir tous les renseignements qu’elle veut. A la fin de la conservation, elle avait le cœur net. Ce beau jeune homme qui lui fait la causette est bel et bien le bébé qu’elle avait jeté dans la rivière. Aucun doute n’est permis.La mort n’a pas voulu de lui quand il était petit, il va falloir y remédier et tout de suite. Réfléchissant à toute vitesse, elle lui dit : – Tu me plais beaucoup, tu est jeune et beau je veux t’offrir des cadeaux. Si tu les veux, je vais te les ramener demain après-midi, si tu me promets d’être seul ici à l’heure indiquée. le jeune garçon est heureux d’être sollicité par une dame qui lui dit travailler au palais.Ils se séparèrent sur des sourires. La servante rentre affolée au palais. Elle mit aussitôt au courant l’ancienne reine à propos du jeune homme qu’elle avait vu. Elle se fait sermonner copieusement, mais maintenant, il fallait parer au plus pressé. Les deux femmes se concertent. Pour se dédouaner de sa bévue, la servante dit à sa maîtresse, qu’elle avait déjà réfléchi en cours de route à la manière de le tuer.- Je vais lui offrir une gandoura en soie (aqendour lah’rir) et des œufs brouillés au miel empoisonnés bien entendu (Thamchouechth s-ethmelaline s-thament). D’après mes renseignements, il vit avec le pêcheur qui l’a recueilli sur le bord de la rivière. Ils vivent à trois, le pêcheur, sa femme et le jeune garçon. Dès qu’ils mangeront l’omelette empoisonnée, ils mourront tous les trois. Ainsi, nous éliminerons tout risque d’être confondues.- Je crois que c’est la meilleure solution.- Agis comme tu veux, l’essentiel pour moi c’est que tout danger soit écarté.De son côté le jeune garçon se rendit chez lui en chantonnant. Dès qu’il arrive, il dit à ’’ses parents’’ :- Aujourd’hui j’ai rencontré une dame très aimable qui m’a pris en sympathie.Après m’avoir longtemps dévisagé en regardant de trop prêt, l’envie noirâtre que j’ai à la base du cou, elle m’a donné rendez-vous pour demain après-midi pour me donner deux cadeaux. Je suis impatient de les recevoir. A en juger par l’allure distinguée de la dame qui m’a dit travailler au palais, les cadeaux seront conséquents. Je ferai mourir de jalousie tous mes amis.

Benrejdal Lounes (A suivre)