Accueil Culture Inauguration d’une stèle en hommage au Chahid Babouche Saïd dit Si Tahar

Boudjima Célébration du 49e anniversaire de l’Indépendance

Inauguration d’une stèle en hommage au Chahid Babouche Saïd dit Si Tahar

6105

L’APC de Boudjima organise pour le 49e anniversaire de l’indépendance, un programme qui s’étalera sur deux journées à savoir les 4 et le 5 juillet prochains avec plusieurs activités au menu, dont l’inauguration d’une stèle au chef-lieu de la commune à la mémoire du Chahid Babouche Saïd dit Si Tahar.

Au menu de ce programme, une remise de cadeaux pour les lauréats des classes d’examen qui aura lieu la matinée de la première journée. Celle-ci sera suivie par un recueillement et un dépôt de gerbe de fleurs sur la tombe du chahid Babouche Saïd au carré des martyrs de M’Douha, au chef-lieu de wilaya de Tizi-Ouzou. Une conférence-débat sera également animée dans l’après-midi à la bibliothèque communale de Boudjima suivie d’un nombre de témoignages sur le Chahid. Quant à la deuxième journée, elle sera marquée par un rassemblement au siége de l’APC de Boudjima. Il sera suivi d’une cérémonie de recueillement et dépôt de gerbe de fleurs au carré des martyrs de la commune de Boudjima, l’accueil des délégations et des invités qui sera juste avant l’animation folklorique par une troupe d’Idhaballen sur la place publique du village. Ça sera ensuite l’heure des chants patriotiques, de la chorale et de l’inauguration de la stèle. La clôture se fera par une waâda en l’honneur de tous les invités. Pour rappel, le chahid Babouche Saïd est né en1921 au douar Yaskren, commune de Boudjima. Il a entamé sa vie de militant de la patrie en 1937 en adhérant au PPA à Alger à l’âge de 16 ans. En 1944, il devient membre de AML (les Amis du Manifeste pour la Liberté) puis en 1947, membre du MTLD, parti du (Manifeste pour le Triomphe des Libertés Démocratiques). Il rejoint l’organisation secrète (O.S) en 1948. U année plus tard, il sera nommé chef de zone qui englobe Sidi Naamane, Redjeouna Tizi-Ouzou, Naciria et Issers. Il fut envoyé en mission en Belgique pour l’achat et l’acheminement d’armes vers l’Algérie en 1950. Quatre ans après (1954), il est nommé respectivement chef de la région de Aïn El Hammam, Larbaâ Nath Irathen jusqu’à la Soummam et prend le nom de guerre de Si Tahar. Il est membre du comité des Sept de toute la Kabylie. A partir de novembre 54, Babouche Saïd, recherché par la police, est maintenu en qualité de responsable de la région de Aïn El Hammam, LNI et Ouacifs. Il sera arrêté et soumis pendant 18 jours à des tortures au campement militaire de Tigzirt, début 1955. Emprisonné ensuite à Barberousse (Alger), où il comparaîtra devant le tribunal militaire, il sera condamné à mort pour ses activités politiques et militaires. Il fut exécuté avec deux autres militants (Mansri et Lounis Arezki) le 8 avril 1957. Notons que devant ses bourreaux, le Chahid Babouche Saïd refusa de porter le bandeau sur les yeux. Il fit un discours sur le triomphe inéluctable de la révolution algérienne avant de passer à la guillotine.

Rachida Selmani