Accueil Culture De Fort-National aux écrans

PORTRAIT - Lyes Aïchoun, comédien

De Fort-National aux écrans

67

Lyes Aichoun rêvait de devenir comédien dès son jeune âge, jusqu’à ce qu’un jour l’opportunité se présente à lui : une affiche concernant la réalisation d’un film accrochée dans son village natal à Larbaâ Nath Irathen attire son attention. Il n’a pas hésité un instant à se présenter au casting.

Il a été sélectionné pour entrer dans le monde du cinéma en obtenant un rôle dans le film « L’amour et l’argent ». Aichoun a joué dans environ quatorze films et feuilletons, tel que « Thinififth » diffusé sur la chaîne de télévision tv4, réalisé par Hamid Harhar. Il a interprété plusieurs rôles, notamment un président d’APC, un inspecteur de police et un professeur en médecine dans « Isegmi n tayri », un long métrage du réalisateur Lounes Medjenah qui a obtenu le prix du public de la meilleure fiction lors de la 17e édition du Festival culturel national du film amazigh.

Il a également interprété le rôle du fils de Juba II dans le film documentaire « Juba II » réalisé par Mokrane Ait Saada, qui a décroché l’Olivier d’or du meilleur documentaire au Fcnfa de cette année. Lyes Aichoun donne rendez-vous à ses fans pour ce mois de Ramadhan et à ce propos, il dira : «J’interprète le rôle d’un inspecteur de police.

Ce feuilleton en kabyle intitulé ‘Amour et trahison’ de Sid Ali Nait Kaci sera diffusé le mois de Ramadhan prochain.» «Un comédien doit être capable de jouer dans toutes les langues, il ne faut pas qu’il choisisse», a-t-il précisé. Concernant le rôle qui l’a impressionné, le comédien dira : «Je me donne vraiment à fond dans tous mes rôles mais celui qui m’a le plus touché, c’est celui d’Idir dans le film ‘Issegmi n tayri’ qui raconte une histoire triste : Orphelin de père issu d’une famille pauvre, Idir vit avec sa mère Taous qui est malade et qui aspire à voir son fils marié avant de mourir.

Un jour, il rencontre dans un arrêt de bus Amel, médecin et fille d’un propriétaire d’une entreprise de bâtiment, qu’il retrouve par la suite dans le même hôpital où elle venait de commencer à travailler en tant que médecin chirurgien. Ils décident de se marier. Idir et Taous se présentent chez la famille de Amel pour demander sa main, la mère de cette dernière refuse catégoriquement ce mariage à cause de la situation financière du jeune homme qu’elle n’a même pas cherché à connaître… »

Parallèlement à sa carrière d’acteur, Lyes s’adonne à son autre passion : la peinture italienne. « Je me consacre au cinéma, mes responsables sont compréhensifs, une fois le tournage terminé, je reprends la peinture ». Sa passion pour le cinéma n’a pas de limite, il est également réalisateur et directeur artistique du film d’action «Les protecteurs de la vie».

Sonia Illoul