Accueil Culture Des sites historiques non protégés

BOUMERDÈS - Selon un rapport de l’APW

Des sites historiques non protégés

118

Les sites historiques dans la wilaya de Boumerdès ne sont pas tous protégés. En effet, sur les 55 sites identifiés par la direction de la culture, 41 sont dans un état critique. C’est le constat amer des élus de l’APW dans un rapport détaillé présenté lors de la dernière session. Le rapport cite les sites de la Casbah de Dellys, le phare Bengut qui attendent depuis plusieurs années des travaux de restauration, ainsi que le site archéologique de Zemmouri El Bahri, Rusubiarkri et d’autres dans la commune de Legata et de Chabet El Ameur, pour ne citer que ceux-là.

Le mausolée Goubet Edebah de Tidjelabine a été détruit par le séisme de 2003 et n’a jamais été réconforté depuis. En septembre 2018, le site archéologique Rusubiakri de Zemmouri El Bahri a subi des pillages et autres actes de saccage par des individus inconnus alors que des travaux de fouilles ont été lancés peu de temps avant par une équipe de chercheurs de l’université d’Alger.

Selon un étudiant qui a pris part aux travaux de fouilles, les pilleurs croyaient trouver des pièces de monnaies ou autres objets qu’ils pouvaient vendre au marché noir à des prix exorbitants. Ils ont par la suite saccagé le site et détruits certains travaux de dallage entamés ultérieurement. Les pilleurs ont pillé des siècles de civilisation romaine et islamique par leur acte dénoncé par le monde de la culture dans la région.

Des enquêtes furent ouvertes par les services de sécurité pour trouver les auteurs. Rusubiakri, un site archéologique qui recèle des vestiges de plusieurs époques humaines, dont certaines datant de l’an 10 de l’ère chrétienne, a été découvert en 2007. Mourad N. A., un étudiant en archéologie à Alger, dira que «Rusubikiari, son appellation romaine, est un site historique et un musée à ciel ouvert sur près de 6 hectares». L’étudiant ajoute que le site était un haut lieu de négoce lorsque des Phéniciens arrivent en grand nombre pour y traiter des affaires. L’arrivée des musulmans l’ont rebaptisé Mers El Hadjadj avant de porter le nom du Port aux poules durant la présence coloniale française.

Le rapport de l’APW ne s’est pas trop étalé sur ses sites, mais il convient de rappeler que certains élus ont dénoncé le laisser-aller des autorités concernées qui n’ont pas fait grandes choses pour protéger ce patrimoine historique. Les élus rédacteurs de rapport ont fait savoir que les sites classés doivent être protégés par tous les moyens, afin de préserver l’Histoire de la région. Ils notent, ainsi, que le site du château du roi Firmus sur les hauteurs de Thénia se trouve abandonné et doit être classé avant qu’il ne soit trop tard.

La grande partie du château dudit roi berbère est enterrée, il n’est pas clôturé ni classé. Il régna en 372 à la tête d’une vaste rébellion qui s’étendait à toute la Maurétanie Césarienne.

Youcef Z.