Accueil Culture Dures vacances dans les villages

TIZI-OUZOU - Manque d’espaces de lecture et de loisirs

Dures vacances dans les villages

175

Dans les villages de la wilaya de Tizi-Ouzou, hormis le désormais traditionnel festival Raconte-Arts, qui meuble le quotidien du village
organisateur (Sahel), les jeunes et moins jeunes ne trouvent aucun loisir pour agrémenter leurs journées et leurs soirées.

Aucune activité culturelle n’est prévue dans ces localités qui sont tristes et moroses, en cette période estivale. Du côté des APC, il semblerait que les Commissions culturelles n’aient prévu aucune activité culturelle ou artistique, alors que c’est leur rôle. Face à cette situation, les enfants sont soumis à un stress continu dans l’attente de la moindre activité qui mettrait de l’ambiance.

Pour certains, la vie culturelle trouve son existence dans un loisir à exercer au niveau individuel. Mais la majorité des enfants et des jeunes restent oisifs, en attendant la rentrée scolaire. Pourtant, les villages regorgent de talents artistiques dans des domaines divers. Des chanteurs à profusion, des troupes de théâtre amateurs, des artistes peintres…

A cet effet, beaucoup de jeunes lancent des appels en direction des autorités locales non pas pour leur donner des moyens financiers mais juste des moyens pour organiser des activités culturelles. Les salles de sport, les maisons des Jeunes, les bibliothèques et autres foyers de jeunes peuvent être mis à leur disposition pour ce faire.

Les Commissions culturelles, au niveau des Assemblées, n’ont qu’à les accompagner, car ils peuvent sans difficulté se prendre en charge. Les jeunes peuvent organiser des galas artistiques et de nombreuses autres activités, au niveau de ces infrastructures. De jeunes talents sont également capables d’organiser des expositions de peinture et jouer des pièces théâtrales.

Les villages, pour rappel, regorgent de troupes amateurs, susceptibles d’animer les soirées, au quotidien. Ce vide sidérant dans les villages, au niveau culturel, avait pourtant été longtemps comblé, alors que le mouvement associatif était à son apogée dans les années 1990. En effet, durant cette période, qui a duré presque une décade, l’ambiance régnait dans les villages. Il y avait tellement d’activités culturelles que même les écoles ont été mobilisées pour en abriter un grand nombre.

Le théâtre a connu ses années d’or avec des centaines de troupes qui faisaient le bonheur des amoureux du 4e art. Des soirées bien animées étaient agrémentées par des galas artistiques, qui regroupaient les jeunes chanteurs des villages. Aujourd’hui, les jeunes veulent ressusciter cette époque qu’on leur donne une chance de le faire. Les vacances sont l’occasion pour passer de bons moments et non s’angoisser dans les allées des villages.
Akli N.