Accueil Culture Le club Sportech d’Oran à Agouni Oufekous

Échanges culturels

Le club Sportech d’Oran à Agouni Oufekous

93

Les jeunes de l’association Asurif d’Agouni Oufekous poursuivent leur travail de découverte du patrimoine algérien avec la même volonté qui les a animés au lancement, il y a quelques années.

En effet, avant-hier, vendredi, ils ont accueilli dans ce beau village situé dans la commune de Boudjima, des membres du club Sportech de l’ENP Oran conduits par Tarik Slimani. Très heureux de l’accueil réservé, ce dernier a exprimé sa joie d’être parmi ses frères algériens de Kabylie.

La visite, pour rappel, intervient quelques jours seulement après le retour de plusieurs membres de l’association Asurif qui ont célébré Yennayer parmi leurs frères oranais. Les jeunes de l’association ont témoigné à leur retour de l’accueil chaleureux qui leur a été réservé. C’est, d’ailleurs, ce qui a encouragé ces initiatives visant l’échange de visite de découverte et l’échange d’expériences.

La célébration de Yennayer a été l’occasion également pour les jeunes d’Asurif de découvrir plusieurs sites dans El Bahia. Quant aux jeunes du club Sportech d’Oran, la surprise a été grande lorsqu’ils ont découvert le chef d’œuvres architectural d’un jeune d’Agouni Oufekous. Sur le site où a été construit un avion en béton dans les mêmes dimensions qu’un vrai, les visiteurs étaient ébahis.

Un avion aménagé à l’intérieur comme une maison par Chafaa Halou, un jeune du village décédé il y a quelques années. Ce jeune très apprécié et très sympathique voulait faire un cadeau d’anniversaire à son papa mais le destin en a décidé autrement. Aujourd’hui, il s’avère que c’est à toute la région qu’il a offert ce présent qui peut être une véritable destination touristique.

Pour rappel, l’association Asurif, après des décennies, s’impose comme un véritable patrimoine du village. Constituée dans le début des années 90, ce cadre associatif n’a pas cessé d’animer la vie culturelle locale grâce à plusieurs générations de jeunes qui se relayaient le flambeau.

Avec tout de même, quelques passages à vide, Asurif n’a jamais décliné. Les activités théâtrales, les sorties pédagogiques et les cours d’alphabétisation ont été toujours prodigués par des volontaires. Aujourd’hui encore, une nouvelle génération de jeunes active et innove pour animer la vie culturelle locale.

Akli N.