Accueil A la une Le Prix Matoub Lounès décerné le 22 juin

DRAA EL-MIZAN - 21e anniversaire de l’assassinat du Rebelle

Le Prix Matoub Lounès décerné le 22 juin

485

L’association culturelle Amgud décernera, le 22 juin à la bibliothèque communale de Draâ El-Mizan, le 12e Prix Matoub Lounès contre l’oubli comme chaque année depuis la création de cette distinction.

«Nous avons déjà eu l’autorisation. Les invitations sont déjà prêtes. Je saisis cette occasion pour lancer un appel à tous ceux qui ont déjà eu ce prix d’honorer de leur présence cette douzième édition. Pour ceux auquel il a été décerné à titre posthume, j’invite leurs familles à assister à cette édition. Par ailleurs, nous avons eu l’accord de la présence des représentants de la Fondation Matoub Lounès. Quant à la venue de sa mère, Nna Aldjia et Malika Matoub, elle n’est pas certaine d’autant plus que la mère du Rebelle est souffrante», nous confiera M. Karim Larbi, en sa qualité de président d’Amgud. Celui-ci ajoutera que ce prix est décerné chaque année à trois personnalités qui se seront distinguées dans de nombreux domaines (artistique, politique, culturelle, droits de l’homme, liberté d’expression).

D’ailleurs, pour cette édition, les membres de l’association, après plusieurs rencontres de concertation, ont sélectionné Mohamed Benchicou (écrivain-journaliste) et défenseur de la liberté d’expression, Khadidja Djama (ex animatrice de la Radio Chaîne 2 et écrivaine) et enfin le regretté Saïd Boukhari militant des droits de l’homme et politique à titre posthume.

«Concernant Kadjdja Djama, nous lui reconnaissons d’avoir encouragé de nombreuses femmes à protéger notre patrimoine culturel dans l’émission Nouva El Khalath», expliquera M. Karim Larbi. Au programme, en plus de la conférence qu’animera M. Yacine Hebbache, écrivain-journaliste et poète, auteur de «Matoub Lounès ou le chemin vers le mythe», des prises de paroles sur le combat du regretté Lounès Matoub assassiné le 25 juin 1998 sur la route vers Ath Douala et plus précisément au lieu-dit Tala Bounane sont aussi retenues par les organisateurs.

Il est à rappeler que l’association culturelle Amgud est l’initiatrice de ce prix qu’elle a décerné l’année passée à l’illustre Slimane Azem, à maître Ali Yahia Abdennour et à la diva de la chanson kabyle Nouara. Amar Ouramdane