Accueil Culture Les artisans s’impatientent

BOUMERDÈS - Commercialisation des produits de l'artisanat

Les artisans s’impatientent

86

Les artisans de la wilaya de Boumerdès désespèrent de voir l’achèvement des structures de commercialisation de leurs produits, dont certaines ont été lancées depuis sept ans. Les infrastructures artisanales permettant le développement du secteur, prévues dans les communes de Boumerdès, Dellys et Bordj Ménaïel, accusent un grand retard, cela sans se répercuter négativement sur la commercialisation de produits de plus de 6 736 artisans à travers toute la wilaya.

Les artisans coulent leurs produits lors des foires et expositions organisées par des associations professionnelles. Ces rendez-vous, faut-il le préciser, se font rare dans la région ce qui contraint les artisans d’aller dans d’autres wilayas pour vendre leurs produits. C’est le cas d’Ali, artisan en poterie de Chabet El Ameur, qui participe dans des manifestations artisanales organisées à la Casbah d’Alger. C’est le cas également d’un autre artisan de la commune de Bouzegza, qui n’écoule ses produits de tannerie que dans des expositions, auquel les autorités avaient promis un local.

Certains artisans ont bénéficié de box dans le cadre du programme des 100 locaux du Président mais qui ne sont pas adéquats pour l’activité et la commercialisation d’autant plus que ces locaux sont situés en dehors des périmètres urbains. Des artisans attendent l’arrivée de l’été pour pouvoir vendre leurs produits au niveau des chapiteaux implantés au front de mer de Boumerdès. L’activité commerciale est donc saisonnière d’où la nécessité d’écouler le produits ailleurs pour le restant de l’année.

Le projet de la maison de l’artisanat et des métiers de Boumerdès ne sera réceptionné qu’en 2020. Ce projet tant attendu a mis beaucoup de retard pour son achèvement depuis le quinquennat 2005-2009. Il a été relancé cette année. Estimé à 80 milliards DA, le projet n’a pas été lancé en raison d’absence d’assiette foncière. En 2014, il a été gelé en raison de la politique d’austérité du gouvernement Sellal, suite à l’effondrement des prix du pétrole. Le projet de Bordj Ménaïel encore a accusé des retards pour être livré.

Le taux d’avancement des travaux de ce projet estimé à 60 millions de DA a atteint près de 95%. Un autre projet artisanal important lancé dans la ville millénaire de Dellys, à l’extrême Est de Boumerdès, n’est toujours pas livré totalement depuis 2013. Cette structure architecturale arabo-musulmane est exploitée partiellement. Près de 70 millions de DA ont été débloqués pour sa réalisation destinée à préserver le patrimoine architectural de la Casbah de Dellys en dégradation suite au retard mis dans le lancement des travaux de restauration.

Youcef Z.