Accueil Culture L’orchestre symphonique autrichien subjugue

BÉJAÏA - Musique universelle

L’orchestre symphonique autrichien subjugue

52

Les amateurs de la musique classique ont été gratifiés, dimanche dernier, d’un concert de haute facture. L’orchestre autrichien «Concilium Musicum Wien» a interprété, devant un public nombreux, un large éventail musical, allant des chants baroques à la musique de danse du XIXe siècle, en passant par de grands classiques. «Concilium Musicum Wien» fait résonner sur les scènes internationales des morceaux injustement oubliés et met en valeur les œuvres rarement jouées, sans pour autant négliger les créations artistiques et les interprétations contemporaines. Composé de Christoph Angerer (violon et alto), Milan Nikolic (violon), Bernhard Aichner (violoncelle), Robert Pinkl (flûte) et de Damian Posse (contrebasse), cet orchestre a émerveillé le public. Organisé par la direction de la culture, le concert a été rehaussé par la présence de l’ambassadeur d’Autriche en Algérie. Plusieurs artistes et responsables ont aussi tenu à assister.

Durant toute la soirée, les musiciens ont donné le meilleur d’eux-mêmes face à un public exquis. A noter que «Concilium Musicum Wien» a été fondé en 1982 par Paul et Christoph Angerer dans le but d’interpréter de manière authentique des œuvres du 18ème siècle. Le directeur de la culture de Béjaïa, Omar Reghal, a tenu à clôturer cette soirée par la remise d’un tableau de peinture d’un artiste local et des coffrets de CD retraçant la carrière artistique de l’ambassadeur de la chanson algérienne feu Djamel Allam. Un geste qui a énormément fait plaisir aux présents et aux artistes autrichiens. Pour sa part, l’ambassadeur d’Autriche en Algérie a tenu à vanter le mérite des organisateurs et à les féliciter pour les bonnes conditions ayant entouré le déroulement du spectacle. Par ailleurs, la direction de la culture et l’ambassadeur d’Autriche ont convenu de «monter» un orchestre de musique symphonique composé de musiciens autrichiens et béjaouis. Une excellente nouvelles pour les mélomanes.

Achour Hammouche