Accueil Culture Une bonne moisson pour Bouira et Tizi

BATNA - Festival national du théâtre amazigh

Une bonne moisson pour Bouira et Tizi

494

L’association culturelle Ithran de la ville de Takerboust, dans la wilaya de Bouira, s’est imposée de fort belle manière, au Festival national du théâtre amazigh, qui s’est déroulé du 3 au 11 de ce mois de février à Batna.

Elle a remporté le Grand prix mis en jeu. Ce fut grâce à la production Mama Algéria. La même association a également décroché un deuxième prix, celui de la meilleure interprétation féminine par le biais de Nacéra Benyoucef. Quant au Théâtre régional Kateb Yacine (TRKY) de Tizi Ouzou, il est revenu de ce Festival avec deux prix : la meilleure interprétation masculine, décerné au comédien Malik Fellag, et la meilleure mise en scène pour Massinissa Hadbi pour la pièce Anag bu Seb3a (Le 7ème étage). Une belle moisson qui a récompensé les efforts fournis par toute une équipe ayant travaillé d’arrache-pied pour pouvoir atteindre son objectif. Nacer Térad, l’un des heureux lauréats, a indiqué après cette consécration : «Je dédie ce prix au TRKY de Tizi Ouzou, qui a toujours ouvert ses portes à notre association, alors que le Théâtre de Bouira reste fermé.

D’ailleurs, nous attirons l’attention des autorités locales, afin de se pencher sur ce volet.» Et Nacéra Benyoucef d’enchaîner : «Nous étions confiants, car la pièce Mama Algéria, jouée plusieurs fois, a eu des échos favorables. C’est la première fois que je me suis sentie dans ma peau, en me libérant sur scène. Parmi le public, certains n’ont pas pu retenir leurs larmes quand je pleurais. Il y avait beaucoup d’émotion. Aussi, je tiens à remercier, au passage, les médias, la radio, la télé et la presse écrite.» Aoudia Makhlouf, un autre comédien ayant joué dans la même pièce, a confié : «C’est un travail collectif. Nos efforts ont été récompensés.» En ce qui concerne les deux autres prix, ils sont revenus au Théâtre régional Kateb Yacine pour sa production Anag bu Seba3a. Le prix de la meilleure interprétation masculine a été décerné au comédien Malik Fellag, qui a affirmé : «Nous sommes très contents. Il faut savoir qu’on a travaillé pour l’art, car le théâtre est une culture artistique, une éducation, une revendication… Personnellement, j’ai eu plusieurs prix, ce qui m’encourage davantage. A vrai dire, ce sont des prix qui sont venus récompenser les efforts de tout le monde, car le travail s’est fait en collaboration, sans exception aucune. Sans conteste, le 4ème art à Tizi Ouzou est sur la bonne voie !»
M A Tadjer