Accueil Tamazight Un moudjahid de la première heure

Un moudjahid de la première heure

5059

C’est en somme une occasion inouïe pour revisiter les hommes ayant combattu le colonialisme pour que le pays soit aujourd’hui indépendant. Le premier novembre, cette date mémorable nous fait rappeler la lutte armée menée par les moudjahids qui sont après sept ans dans les maquis, parvenus à arracher l’indépendance. En effet, si cette date évoque le déclenchement de la révolution, elle coïncide également avec la disparition d’un moudjahid très connu notamment en Kabylie, surtout de part, son dévouement et son engagement dans la guerre de libération nationale. Il s’agit de Djouaher Dahmane appelé communément Dahmane Ahaguiw qui a tiré sa révérence le 1er novembre dernier. D’ailleurs, ce week –end et pour que personne n’oublie cet homme aux sacrifices mémorables, la famille du défunt et particulièrement sa veuve et ses enfants compte organiser une cérémonie commémorative en l’honneur de feu lieutenant Si Dahmane, au village Ait Hague dans la commune d’Irdjen, daira de Larbaa N’Ath Irathen, en Haute Kabylie. C’est là, en somme, le mérite de ce maquisard de la première heure. Par ailleurs, pour ceux qui ne le connaissent pas le lieutenant Si Dahmane naquit le 18 décembre 1930 au village Ait Hague. Il fut scolarisé à l’école primaire d’Ath Yakoub où il a vraiment, témoignent les personnes de sa génération, brillé dans ses études. Toutefois, si Dahmane a interrompu ses études très jeune, soit à sa cinquième année seulement, et ce, après son affectation à l’école de Tamazirt qu’il n’a malheureux pas rejoint.. A dix sept ans, il sera contraint, par la force des choses, sans doute, d’émigrer en France. A l’Hexagone, il exerçait, pour subvenir aux besoins d sa famille, comme vendeur de paniers à Saint Etienne. Il était également un sportif puisque la boxe était l’un de ses sports favori avec lequel aurait pu devenir un champion si les circonstances n’ont pas décidé autrement.

Et pour cause, patriotisme oblige, le moudjahid décida de revenir au bercail en 1955, soit une année après le déclenchement de la guerre d’Algérie. Dès lors, Si Dahmane intégra les rangs de l’Armée de libération nationale comme, dans un premier temps, sympathisant. Cela avant de s’engager de plain-pied, en 1956, dans la bataille que menaient les Algériens pour l’indépendance.. Ainsi, il commença en qualité de djoundi, puis promu au grade de caporal, l’année suivante.

Ayant accèdé au rang de sergent chef, en 1958,et adjudant chef en 1959, l’enfant de Ath Irathen connaitra, dans un temps relativement court, une ascension fulgurante car, il fut nommé officier aspirant 1960. Durant la même année, il se voit hissé comme sous lieutenant.

A quelques mois du cesser-le-feu, le même moudjahid a occupé le poste de lieutenant. Par ailleurs, même après 1962, Si Dahmane a exercé plusieurs responsabilités aussi bien dans le parti, les assemblées élues et les institutions publiques ainsi que les organisations de masse. Cette figure de proue de la guerre de libération nationale n’a pas été en marge des Moudjahidines ayant repris les armes pour combattre le terrorisme durant la décennie noire.

A.H.