Accueil Dossier Béjaïa : La menace est réelle !

Béjaïa : La menace est réelle !

4393

Alors qu’un probable débordement de l’oued Soummam menace plusieurs communes du sud de la wilaya, des trombes d’eau dévalant de la partie haute de la ville, submergeaient à chaque saison hivernale des quartiers entiers dans la commune de Béjaïa.

Des quartiers implantés sur des sites hautement inondables, à l’image de Sidi Ali Lebhar.

La menace d’inondation à Béjaïa est donc bien réelle ! En témoigne du reste un certain octobre 2007, a-t-on retenu la leçon ?

Le constat dressé par les différents organismes chargés de la lutte contre les inondations à Béjaïa est à ce sujet édifiant.

Dans presque toutes les communes de la wilaya de Béjaïa les plans de recollement des réseaux sont inexistants. S’y ajoutent la vétusté et un sous-dimensionnement de certains réseaux, inexistence parfois de réseaux de drainage des eaux pluviales, des retards dans le lancement d’opérations de curage des oueds et des réseaux d’assainissement et ouvrages annexes.

Dans la commune de Béjaïa, dont une bonne partie est menacée par des inondations, les actions de nettoiement des avaloirs et autres conduites de drainage des eaux pluviales initiées jusqu’à maintenant restent timides. Et pourtant, la menace imprévisible mais bien visible des crues automnales hante d’ores et déjà les esprits des habitants de la partie basse de la commune de Béjaïa.

Un projet portant protection de la ville des inondations tardent par ailleurs, à voir le jour. Il en est de même de la construction d’un chenal pour dévier l’oued Soummam à même de protéger des dizaines d’habitations dans la commune de Tala Hamza.

Les intempéries ont également, causé d’importants dégâts par le passé dans des régions montagneuses, dont des glissements de terrain entraînant souvent des coupures de routes et caussant des fissures aux habitations.

Les dégâts provoqués par les inondations avaient été réparés à coups de milliards de dinars. Là aussi, les actions engagées pour stabiliser les sols dans les communes d’AÏt Smaïl et Chemini à titre d’exemple sont insignifiantes.

A l’approche de la saison des pluies, des actions de nettoyage d’envergure et de désobstruction des avaloirs devraient être entreprises sans tarder par les pouvoirs publics pour éviter qu’un octobre 2007-bis ne se réédite à Béjaïa-ville.

Les pluies torrentielles qui s’étaient abattues à l’époque sur cette ville, n’avaient pas seulement provoqué des inondations dans la partie basse, mais avaient également emporté dans leur sillage l’ex-maire A. Bouaoudia.

D. S