Accueil Dossier Entre manque d’hygiène et mauvaise gestion à Béjaïa

Entre manque d’hygiène et mauvaise gestion à Béjaïa

1812

Les  commerçants de fruits et légumes de Béjaïa n’arrêtent pas de se plaindre des mauvaises conditions dans lesquelles ils pataugent, en été comme en hiver, au marché de gros de Sidi Ali Labhar. Lors d’une précédente réunion, ils ont d’ailleurs menacé les autorités concernées de recourir au non-paiement des droits de stationnement et de places si ces dernières n’apportaient pas de solution à leurs problèmes qui sont liés entre autres au manque de toilettes, à l’évacuation des eaux pluviales et à la réglementation de la collecte des ordures. Le commerçants pointe du doigt l’adjudicataire, qui selon eux, s’est contenté d’encaisser les droits sans rien fournir en retour. Nos tentatives de joindre le P/APC de Béjaïa, pour en savoir plus, sont restées vaines. En ce qui concerne le marché de Bouizène à Akbou, qui est le plus grand marché de la wilaya, Arezki Issekounène, vice-président de l’APC, déclare dégager toute responsabilité pour ce qui est de la mauvaise gestion du marché de gros. Il ajoute que la responsabilité de l’APC se limite à l’entretien et à la maintenance du marché une fois celui-ci loué. Et de préciser que les soumissions et le contrôle des prix sont du ressort de la direction du commerce et des prix qui offrent des carreaux à des mandataires. Mais certains carreaux, dénonce-t-il, sont loués à des personnes qui ne sont pas commerçants et parfois qui ne vivent même pas dans le pays.  Ces personnes se contentent donc de sous-louer leurs espaces à d’autres. Le vice-président de l’APC d’Akbou ajoute que le marché de Bouizène a été loué à un gérant pour un montant d’un milliard et demi de centimes. Pour revenir au marché de gros de Sidi Ali Labhar, au chef-lieu de wilaya, la lueur d’espoir de l’amélioration des conditions de travail des commerçants viendra peut-être de ce projet de modernisation puisque le ministère du Commerce vient d’allouer, à cet effet, une enveloppe de 100 millions de centimes. Ce projet de réhabilitation lancé au début de l’été passé s’étend sur une superficie de 8300 m2. Il permettra, une fois achevé d’augmenter le nombre de grossistes de 30 à 70 stands.  

B. Mouhoub