Accueil Dossier Les APC ont échoué !

L’UGCAA et la gestion des marchés de gros

Les APC ont échoué !

1570

L’Union générale des commerçants et artisans algériens appelle le gouvernement à confier la gestion des marchés de gros à des entreprises publiques.

«Les APC ont échoué dans la gestion des marchés de gros, à travers le territoire national. Ces derniers se trouvent dans une situation catastrophique », a affirmé récemment, El Hadj Tahar Boulenouar, le porte parole de l’UGCAA. Il ajoute dans ce sillage que beaucoup de problèmes, liés au côté organisationnel, existent au niveau de ces marchés. En effet, l’UGCAA interpelle les pouvoirs publics afin de trouver une solution ferme et adéquate à la gestion de ces marchés, à travers la mise en place des entreprises publiques. Le porte-parole de l’UGCAA a déploré la situation dans laquelle exercent les commerçants de Smar, qui sont mal organisés et non gérés par une administration. «Tant que ce marché existe, on aura des perturbations dans la distribution et les prix. On interpelle les autorités afin d’orienter les commerçants de gros de Smar vers le marché de Kharouba, situé dans la wilaya de Boumerdès», a-t-il plaidé. Dans ce sillage, le même responsable a fait savoir que les commerçants de gros de la wilaya d’Alger continuent d’exprimer leur ras-le-bol, vis-à-vis de la politique des autorités qui autorisent toujours la circulation des véhicules poids lourds au marché de Smar. Par ailleurs, l’UGCAA envisage de mettre en place une commission nationale des fruits et de légumes, dont les membres seront les représentants des 48 marchés de gros. L’objectif de cette commission est de déterminer les problèmes de ce secteur, en matière de gestion, le rétablissement de la relation entre les commerçants et l’administration, ainsi que la régulation de l’approvisionnement afin de mettre fin aux pénuries répétées de certains légumes. Cette commission cible, également, à organiser les relations entre les commerçants et les agriculteurs, ce qui va permettre de fermer la porte devant la spéculation.

Samira Saïdj