Accueil Dossier “Le prix est fixé par des barons à Béjaïa”, dénoncent des pêcheurs

“Le prix est fixé par des barons à Béjaïa”, dénoncent des pêcheurs

1791

La consommation de poisson est toujours inaccessible pour les ménages modestes de la ville de Béjaïa, à cause des prix exorbitants affichés par les poissonniers. En effet, chez tous les poissonniers de la ville, il n y a pas un seul qui affiche un prix de moins de 300 DA pour le kilo de sardine. Son prix est stabilisé depuis des mois au-dessous de 300 DA. La flambée n’épargne aucune variété de poisson. Le kilo de merlan est cédé à 700 DA chez certains poissonniers, celui de la sole a atteint le même seuil en ces temps orageux. Les crevettes, si on arrive à les trouver sur le marché sont tout simplement hors de prix, elles sont cédées jusqu’à 1 500 DA le kilo. Dans les ménages tout comme dans plusieurs restaurants de la ville, le poisson est carrément supprimé des menus en attendant une baisse des prix. Pour les pécheurs, « la hausse des prix est directement liée aux intempéries, qui nous empêchent de prendre le large à la recherche du poisson. Le peu de poisson disponible est péché tout prêt des côtes, ce qui ne répond pas du tout à la demande. » Mais cet argument avancé par les pécheurs trouve ses limites quand on compare les prix de la saison hivernale à ceux de la saison chaude. Le prix de la sardine, par exemple, a rarement baissé au dessous de 300 DA depuis l’été dernier.  Ce qui amène les pécheurs à pointer du doigt la hausse des prix de gasoil, qui les obligerait à réduire les sorties en mer, ou encore la lourdeur des coûts d’entretien des chaluts. Par ailleurs, certains petits poissonniers de la ville de Béjaïa estiment que cet embrasement dans le marché du poisson est l’œuvre de la spéculation sur les prix. Selon un poissonnier établi au quartier Aamriw, il y aurait « quelques grands barons du poisson qui décident le prix du poisson sur lequel ils détiennent le monopole. »  Ces derniers quand ils n’achètent pas tout au quotidien, ils s’assurent toujours de grosses quantités qu’ils stockent afin de mieux contrôler les prix.

 

 M.H. Khodja