Accueil Évènement "Où sont passées vos promesses M. le wali ?"

Bouira : Les habitants de Haouche Abd El Aziz ferment les routes

"Où sont passées vos promesses M. le wali ?"

2070

Dans la matinée d’hier, une centaine d’habitants du quartier dit ‘’ Haouch Abd El Aziz’’, ont fermé les principales artères de la commune de Bouira, afin d’exiger leur relogement. En effet, les habitants de ce haouch, se disent ‘’lésés’’ par les autorités locales, notamment, le premier magistrat de la wilaya. « En juillet dernier, on a été reçus par le chef de cabinet du wali et même le wali en personne, ce dernier, nous a promis que nous allons être relogés en priorité. Cependant, on a eu la mauvaise surprise d’apprendre que d’autres gens allaient être relogés en premier et le pire, est que ces gens-là ne sont pas concernés par les plans de relogements. C’est une l’injustice flagrante ! », notera ce manifestant. D’ailleurs, sur les banderoles arborés par ces contestataires, on pouvait lire ‘’Où sont passées vos promesses M. le wali ?’’, ou encore ‘’ Habitants de haouch Abd El Aziz,
jusqu’à quand la souffrance ?’’. Le porte-parole de ces contestataires, indiquera d’un air exaspéré : « On s’attendait à être relogés ces jours-ci, alors quand on a appris que notre cas a été repoussé aux calendres grecques, cela nous a sciés les jambes Pourquoi tant d’hypocrisie, tant de mensonges ? On ne demande pas grande chose, juste un toit décent… ». A signaler que cette grogne a paralysé Bouira durant toute la journée, néanmoins, la population a été très solidaire avec les protestataires : « Je suis entièrement solidaires avec eux, en fin de compte, ils ne demandent qu’un logement ! », dira une automobiliste, avant d’affirmer : « Si j’étais dans le même cas, je ferai la même chose et peut être encore plus ! ». Enfin, il est utile de souligner le fait que ce mouvement tendrait à s’amplifier, selon les dires des habitants de ce haouch : « On ne lâchera rien, notre action ira crescendo, si les autorités continuent à nous mener en bateau ! Le wali doit nous recevoir et il doit honorer sa promesse », préviendront –ils.

Ramdane B.