Accueil Évènement La CNSEL fin prête

A J-2 du lancement de la campagne électorale

La CNSEL fin prête

1951

Mohamed Seddiki, président de la commission nationale de surveillance des élections législatives a indiqué hier que la structure qu’il préside est fin prête pour le déroulement de la campagne éléctorale qui doit commencer ce samedi. En effet, l’on a appris que son staff a finalisé tous les préparatifs pour le lancement de cette campagne. Par ailleurs, Seddiki a précisé que la Commission veillait à assurer une coordination totale avec les commissions de wilaya et communales pour s’assurer que les partis s’engagent à mener une compagne électorale dans le cadre défini par la Constitution et les lois en vigueur pour garantir un scrutin “libre et transparent”. Quant à l’opération de tirage au sort relative à la répartition équitable des temps d’antenne entre les partis à la télévision et à la radio se feraient, une fois que CNSEL aura reçu les listes de candidatures de la part du ministère de l’Intérieur. La majorité des wilayas a achevé l’opération de préparation et d’équipement des salles devant abriter les rencontres et meetings populaires des partis qui vont y développer leurs thèmes de campagne. M. Seddiki a également indiqué que les sites devant accueillir les panneaux destinés à l’affichage ont été également définis, relevant à se sujet que les partis doivent éviter d’afficher dans des lieux autres que ceux prévus à cet effet. Il a noté d’autre part, que la CNSEL, constituée des représentants de 44 partis regroupant et de compétence nationales, avait transmis dans le cadre de ses prérogatives près de 70 requêtes à la Commission nationale de supervision des élections législatives, dont une grande partie avait été solutionnée par cette instance. A propos de la demande d’adoption d’un bulletin unique pour le scrutin, M. Seddiki a affirmé que la CNSEL reste attachée à cette revendication, soulignant toutefois “que ce sujet ne représente pas un obstacle à la poursuite de sa mission”. De son côté le ministre de l’Intérieur et des collectivités locales, Daho Ould Kablia, avait estimé que “l’exigence” d’un bulletin unique “était absolument irréalisable», en plus du fait qu’il s’agit d’une “nouveauté” par rapport au système électoral en Algérie. La CNSEL a été installée le 22 février par le ministre de l’Intérieur, conformément à la loi organique relative au régime électoral publiée au journal officiel le 14 janvier 2012. Elle est présidée par M. Seddiki (AHD 54) assisté de Akif Abderrahmane du Parti de la nature et du développement, Lamine Osmani du Front national algérien, Mohamed Cherif Taleb du Parti national pour la solidarité et le développement, Kadri Hafid du Mouvement national d’espérance et Moussaoui Ali du Rassemblement patriotique démocratique, en qualité de vice-présidents. L’article 187 de la loi organique relative au régime électoral stipule que “la Commission nationale de surveillance des élections bénéficie de l’appui logistique des autorités publiques pour l’accomplissement de ses missions. Les représentants de partis et de candidats ne perçoivent pas d’indemnités”.

F. Z .