Accueil Évènement Aït Menguellet quittera l'hôpital incessamment

Il a subi avec succès une opération à cœur ouvert en France

Aït Menguellet quittera l'hôpital incessamment

61414

Opéré la semaine dernière dans un établissement spécialisé parisien, le chanteur Aït Menguellet "va beaucoup mieux&quot,; rassure sa famille.

Il devrait d’ailleurs quitter, dans quatre à cinq jours, l’hôpital où il vient de subir l’opération. «Au plus une petite semaine encore», rassure-t-on. Mais vu la nature délicate de l’intervention (opération à cœur ouvert), Lounis, comme l’appellent ses intimes, devrait transiter par une autre clinique où il séjournera une vingtaine de jours (trois ou quatre semaines au plus de convalescence), avant de rentrer chez lui. «Dans ce genre d’interventions, le patient a besoin de calme et d’un repos total qui lui permettront de vite reprendre. Une intervention à cœur ouvert est quand même une lourde opération qui nécessite une prise en charge particulière et le patient a besoin d’être protégé de la moindre charge, même émotionnelle», indique un avis médical spécialisé. Ce qui explique, vraisemblablement, la discrétion la plus totale dans laquelle la famille a organisé l’hospitalisation de l’artiste et son opération. On croit savoir en effet que, pour l’heure, seuls ses enfants, Djaffar en particulier, lui rendent des visites régulières à l’hôpital où il est toujours gardé en observation. Le lieu est gardé secret pour éviter certainement le rush certain des amis et fans. Cela dit, son fils Djaffar rassure encore quant à l’état de Lounis, «les nouvelles sont bonnes et l’intervention a été une réussite totale». Lounis Aït Menguellet a subi son opération qui a réussi à 100%, à la grande satisfaction du chirurgien qui l’a opéré. S’agissant d’une opération à cœur ouvert, qui a duré plus de six heures, une telle intervention exige plusieurs jours d’observation et près d’un mois de repos forcé. «Lounis Aït Menguellet est donc en train de se remettre tranquillement et se porte comme un charme», précise la famille pour sa part, dans un communiqué diffusé avant-hier en début de soirée. Préférant couper court aux rumeurs colportées ici et là la famille s’est même prêtée pour raconter, «dans l’ordre chronologique», les faits qui ont précédé cette hospitalisation. «Nous commencerons par le mois de décembre 2014, lorsque, à la faveur d’un bilan médical routinier, le médecin traitant informa monsieur Aït Menguellet d’une certaine complication dans son état de santé qui exigeait qu’il subisse une intervention chirurgicale le plus vite possible. S’agissant d’une intervention délicate, et la nécessité faisant loi, l’opération devait se faire au plus tard au mois de janvier 2015», précise-t-on. Ce qui allait donc imposer par la suite à l’artiste un repos prolongé qui le rendrait inactif et l’obligerait dès lors « à annuler des galas qui devaient avoir lieu en février et en mars de la même année. Même si les circonstances lui recommandaient d’annuler également le gala du Zénith, qui devait avoir lieu en janvier, il n’a pu s’y résoudre pour ne pas décevoir son public, puisque une grande partie des billets étaient déjà distribués, et qu’il ne voulait pas dévoiler qu’il allait subir une intervention chirurgicale, afin ne pas inquiéter ses proches et son public», révèle encore la famille. Voilà des confidences qui lèvent sans doute le voile sur les conditions, dans son for intérieur surtout, dans lesquelles l’artiste a préparé son récital au Zénith, avec toutes les appréhensions auxquelles tout humain pourrait céder dans pareils cas. Soulagée certainement par cette épreuve au dénouement heureux, la famille Aït Menguellet, pour qui «le plus dur est passé», présage déjà d’un retour proche de l’artiste adulé. « Il nous reste à souhaiter qu’il profite de ces quelques semaines de détente pour s’atteler à un nouvel album qui nous ravira tous sûrement, et qu’il revienne au plus vite au devant de la scène pour nous livrer de superbes spectacles dont lui seul a le secret», conclut la famille.

Djaffar Chilab.