Accueil Évènement «Nous exigeons le départ du DG !»

La coordination des chômeurs d’El Esnam «occupe» le CNLST

«Nous exigeons le départ du DG !»

1813

Le mouvement de grogne des chômeurs d’El Esnam se radicalise. Cette coordination a organisé dans la matinée d’hier, un sit-in devant le Centre national des loisirs et sports (CNLST) de Tikjda, afin de réclamer le départ pur et simple du DG du centre, accusé par ces chômeurs de «favoritisme et de mauvaise gestion».

Selon le porte-parole de ces chômeurs en colère, M. Mahmoud Bouchalkai, contacté par téléphone, l’action d’hier ne serait que le début d’un mouvement de protestation visant à alerter l’opinion publique et les responsables concernés, sur les «dérives» du DG de CNLST. «Nous exigeons le départ du directeur de ce centre et ses proches, qui ont contribué par leur gestion désastreuse, à la médiocrité ambiante et surtout le favoritisme flagrant dans l’accès à l’emploi», a-t-il expliqué. Et d’ajouter: «Nous avons informé le chef de daïra de la situation qui prévaut dans notre commune, particulièrement le point relatif au chômage qui a pris la part du lion du débat. Beaucoup de nos jeunes trainent dans la rue et se trouvent malgré eux des assistés et dépendants et ce par le manque criant de postes d’emploi alors que notre région attire de plus en plus d’investisseurs.»

Pour en savoir plus sur cette problématique de recrutement, notre interlocuteur tente d’être explicite en affirmant que, «le site de la station climatique de Tikjda est la parfaite illustration. Beaucoup de postes d’emploi ont été créés mais, hélas, ils sont affectés à des gens venus d’ailleurs!».

Interrogé sur les actions à venir, notre interlocuteur dira: «Nous comptons occuper les lieux jusqu’à la pleine et entière satisfaction de notre revendication, qui est le départ du DG du CNLST. D’ailleurs, depuis ce matin (hier, ndlr), nous avons fermé l’accès à ce centre et nous comptons y passer la nuit», a-t-il certifié. Ce mouvement d’«Occuper Tikjda», rappelle celui initié en 2011 par la même coordination de chômeurs. Ces derniers, ont encore récemment, fermé le siège de la daïra de Bechloul, dans le but de réclamer ce qu’ils qualifient de leur droit au travail et aux recrutements au niveau des différents opérateurs économiques installés dans la région.

Ramdane.B