Accueil Évènement Un dimanche de fronde à Béjaïa !

Route fermée à Akbou, mairies et daïra assiégées à Amalou et Tichy, sit-in à Taklaït

Un dimanche de fronde à Béjaïa !

3922

Aux quatre coins de la wilaya de Béjaïa, des citoyens, exaspérés par des promesses sans lendemains des pouvoirs publics, ont eu à recourir à des actions de protestation pour se faire entendre.

À Akbou, des centaines de citoyens ont bloqué la RN26 à la circulation pour exiger le départ des 23 élus de leur municipalité accusés d’être les principaux acteurs de la «crise grave que traverse la commune». À quelques kilomètres de là ce sont des habitants du village Iguer Ali, relevant de la commune d’Amalou, qui ont mis sous scellés leur siège APC pour réclamer l’électrification de leurs habitations. Selon l’édile d’Amalou, «la municipalité ne peut, avec les moyens dérisoires dont elle dispose, accéder à la demande des manifestants», sollicitant les services de la wilaya à leur octroyer une enveloppe financière de 600 millions de centimes pour entamer les travaux d’électrification dudit village. Dans la commune de Tichy, à une dizaine de kilomètres à l’Est du chef-lieu de wilaya, des citoyens ont assiégé les sièges de l’APC et de daïra sollicitant l’intervention des services habilités pour mettre le «holà aux pratiques de quelques proxénètes» ayant élu domicile dans leur ville depuis l’entame de la saison estivale. «Nous ne pouvons sortir en famille dehors en raison des va-et-vient suspects de quelques individus accompagnés de femmes à moitié nues», s’indigne un habitant de la cité Benisaïd. Les contestataires réclament aussi la réalisation d’un stade de proximité dans leur commune. Au chef-lieu de wilaya de Béjaïa, des dizaines d’habitants du quartier populeux de Taklait ont observé un sit-in de protestation devant le siège de la wilaya pour dénoncer la dégradation de leur cadre de vie. Parallèlement, des acquéreurs des 509 logements à Oued Ghir ont, eux aussi, tenu un sit-in sur les mêmes lieux pour réclamer «la relance du projet» sachant que le dossier du promoteur, selon eux, est correct. «Le promoteur en charge de la construction de nos logement attend la signature du wali depuis des mois, alors que son dossier est correct. Nous ne savons pas pourquoi ils lui mettent les bâtons dans les roues», se demande-t-on. Devant le siège de la direction des œuvres universitaires (DOU) de Béjaïa, des centaines de travailleurs ont tenu un rassemblement pour réclamer le versement de leurs salaires du mois de juin. Selon les protestataires, quelques 1 700 travailleurs de la direction des œuvres universitaires de Béjaïa n’ont pas perçu leurs salaires de juin suite au départ à la retraite du comptable de cet organisme.

D. S.