Accueil Évènement «Les actions de rue ne mènent à rien de bon !»

Bouira - Meeting du MPA animé, hier, par M. Amara Benyounès

«Les actions de rue ne mènent à rien de bon !»

1713

C’est un meeting sous le signe de l’union et de la fraternité qui a été animé, hier matin, au niveau de la salle de spectacles de la Maison de la culture Ali Zaâmoum de Bouira, par le Secrétaire général du Mouvement Populaire Algérien, M. Amara Benyounès.

En présence d’une foule nombreuse, les candidats aux élections législatives de la liste MPA de Bouira ont été présentés au public. Le tête de liste, Boualem Zidane, le fils du valeureux patriote feu El Mekhfi, prendra en premier la parole.

Il retracera son parcours, rappelant qu’il est issu d’une famille révolutionnaire qui s’est sacrifiée pour une Algérie libre et indépendante : «Je me suis présenté sur la liste du MPA, car je crois aux valeurs portées par ce parti. Et je m’engage solennellement, ici devant vous, si je suis élu au Parlement, à servir la population et à veiller au développement de la wilaya de Bouira. Je vous promets également que je ne ménagerai aucun effort pour lutter contre la corruption à tous les niveaux», dira-t-il.

M. Benyounès, qui lui succédera à la tribune, entamera son discours par la nécessité de respecter les libertés individuelles et incitera les présents à se rendre massivement aux urnes le 4 mai prochain : «Il n’y a pas de solution miracle pour bâtir une démocratie. Rester chez soi le jour du scrutin n’est pas une solution. Il faut aller voter en masse et le parlement sera, de fait, légitime et crédible», dira-t-il.

«La responsabilité de tous est engagée, car la réussite de cette élection proviendra du peuple et non pas de l’administration», ajoutera-t-il. A propos de l’administration justement, le SG du MPA, assurera que toutes les garanties ont été fournies pour le bon déroulement du scrutin en rappelant que «les actions de rue et la protesta n’apportent rien de bon aux citoyens comme le prouvent les exemples de la Tunisie ou de l’Egypte».

Préserver la paix sociale est un impératif pour l’hôte de Bouira qui soulignera : «On avance doucement vers la démocratie et il n’y a pas d’autres solutions que de la construire en préservant la paix sociale…». En abordant la campagne électorale qui bat son plein dans l’ensemble du territoire national, M. Benyounès déplorera le comportement irrespectueux de certains candidats, des comportements qui «salissent» la politique d’une manière générale : «Nous souhaitons que la campagne se déroule sans injures ni invectives et sans porter atteintes à aucun des candidats…

Ce sont ces comportements qui ont blasé les citoyens qui se détachent de la vie politique. Nous espérons un fort taux de participation à ces élections car ce sera le moyen d’envoyer un message fort aux autres nations qui sauront que c’est la voix du peuple qui s’est largement exprimée..», déclarera-t-il.

Abordant le volet économique, le discours de M. Benyounès s’est caractérisé par des chiffres rappelant que «l’Algérie a perdu 70% de ses capacités financières à cause de l’effondrement des prix du pétrole» et qu’il faut impérativement relever le défi en diversifiant l’économie nationale.

Il proposera à titre d’exemple d’investir massivement dans l’agriculture à condition que «les jeunes se retroussent les manches pour participer à l’essor de l’agriculture». «Tous les citoyens des autres pays travaillent entre 7h et 8 h par jour. Ici en Algérie je n’ose pas vous révéler les statistiques en notre possession concernant le temps de travail des Algériens», indiquera-t-il.

«Il est intolérable de politiser l’Islam !»

M. Benyounès déplorera la situation économique actuelle et la dégradation du pouvoir d’achat des citoyens face aux prix de certains fruits et légumes : «La pomme de terre à 100 DA, la banane à 800 et la pomme à 900… Je vous rappelle que lorsque j’étais ministre du Commerce la pomme de terre était à 30 DA, la banane oscillait entre 70 et 80 DA et les pommes à moins de 100 DA… D’ailleurs, toujours lors de mon passage au ministère du Commerce, lors du mois sacré de Ramadhan, il n’y a jamais eu de spéculation sur les prix et aucune pénurie n’a été enregistrée».

Evoquant toujours son passage au département du Commerce, l’orateur fera remarquer à l’assistance que la vente d’alcool se poursuit toujours et qu’elle avait débuté bien avant son arrivée au ministère : «Je défie quiconque aujourd’hui de venir m’apporter un document que j’aurais signé lorsque j’étais ministre du Commerce prouvant que j’ai délivré une autorisation de vente d’alcool… Par contre sur internet, vérifiez qui était mon prédécesseur à ce ministère, quelle est sa couverture politique et surtout combien d’autorisations ont été délivrées par ses soins…», révèlera M. Benyounes, en ajoutant qu’il est intolérable de «politiser» ainsi l’Islam.

« Le départ de Bachar al Assad ne permettra pas à la Syrie de renouer avec la paix ! »

Sur le volet international, le SG du MPA indiquera que l’Algérie demeure la cible de certains pays voulant à tout prix semer le chaos et citera l’exemple de la Syrie : «On a imputé à Bachar al Assad l’attaque chimique ciblant la région, les USA ont riposté en envoyant des missiles alors que la commission d’enquête de l’ONU n’avait pas encore rendu ses conclusions… Je m’interroge pour savoir si l’intervention des pays orientaux pour chasser Bachar al Assad du pouvoir en Syrie est légitime, et surtout si cela apportera la paix dans la région ? Le départ de Saddam Hossein a-t-il changé quelque chose en Irak ? Le départ de Kadhafi a-t-il permis de recouvrer la paix en Libye ? Non, et le chaos savamment entretenu ne profite qu’à ces pays occidentaux. Nous avons vu ici en Algérie débarquer les français en 1830 pour nous apporter « la civilisation », le résultat, après 130 années, est celui que l’on connaît avec plus d’un million et demi de chouhada. Je vais vous dire, d’ici de Bouira, la paix dans le Moyen Orient ne pourra se faire qu’après l’indépendance de la Palestine et pas avant !», martèlera M. Benyounès.

Le SG du MPA conclura en rendant un vibrant hommage aux éléments de l’ANP, de la gendarmerie, de la police, des GLD, des gardes communaux et des patriotes qui se sont sacrifiés pour préserver le destin de l’Algérie.

En fin de meeting, M. Benyounes s’offrira un bain de foule en répondant aux questions des sympathisants et des militants venus en masse l’accueillir.

Hafidh Bessaoudi