Accueil Évènement «La priorité c’est d’achever les projets en chantier»

Omar Cheballah, maire de Mechtras

«La priorité c’est d’achever les projets en chantier»

2626

Le nouveau maire de Mechtras, Omar Cheballah, revient dans cet entretien sur l’état des lieux de sa commune. Il aborde les grands axes de son programme.

La Dépêche de Kabylie : Face aux traditionnels partis comme le FLN, le FFS et le RCD, votre liste indépendante Izuran a pu avoir une majorité, même partielle. Comment l’expliquez-vous ?
Omar Cheballah : Par notre présence sur le terrain. J’ai été élu à deux reprises consécutives (2005/2012 et 2012/2017). Nous n’avons ménagé aucun effort pour servir l’intérêt général de la commune. C’est une reconnaissance dont nous sommes fiers. Nous avons aussi eu un discours franc avec la population lors de la campagne électorale, où notre seule promesse fut de travailler dans la transparence et la collégialité, selon les moyens disponibles.

Mais vous avez eu des difficultés à installer votre exécutif…
En effet, ce n’était pas facile. Notre liste a obtenu 6 sièges, le RCD 4, le FLN 3 et le FFS 2. Il se trouve que l’opposition a exigé trois vice-présidences et trois commissions, une manière de nous bloquer. Heureusement, il y a encore des élus soucieux du développement de leur commune qui placent l’intérêt général au-dessus de toute autre considération. Je leur rends hommage. Ils ont voté notre proposition qui consistait à garder pour nous les 4 vice-présidences et 1 commission et de confier 1 commission à l’élu du RCD et 1 autre à celui du FLN. Nous avons ainsi la majorité et le travail a déjà commencé.

Quelles sont les priorités de votre plan d’action ?
La priorité des priorités est la mise en service du nouveau siège de l’APC. Un projet qui traine depuis 2008 et qui a englouti 4 milliards de centimes dans le cadre des PCD. Les travaux sont presque achevés, reste le problème de la chaufferie pour laquelle nous avons établi une fiche technique de 4 millions de dinars, que nous prendrons en charge dans le cadre des PCD 2018. Nous ferons le maximum pour ouvrir ce siège d’ici la fin du premier trimestre de l’année en cours. La bibliothèque communale est elle aussi à la traine. Nous organiserons un volontariat pour nettoyer le site en vue de permettre aux entreprises de reprendre les travaux et de les terminer dans les meilleurs délais. La direction de la culture sera ensuite saisie pour son équipement et l’affectation de personnel. Ces deux projets doivent aboutir dans les meilleurs délais.

Qu’est-ce qui est prévu pour les secteurs du sport et de la culture ?
Concernant le secteur du sport, nous disposons d’un stade communal gazonné. Il reste la construction de gradins. Le ministre de la Jeunesse et des sports, lors de sa dernière visite, s’est engagé à nous inscrire un projet dans ce sens. Nous attendons toujours. A Ait Imghour, nous avons une aire de jeux, nous avons reçu 2,5 millions de dinars de l’APW de Tizi Ouzou pour l’aménager. Nous solliciterons la DJS pour la pose de tartan. Nous envisageons aussi la réalisation d’une salle de sport spécialisée dans l’enceinte de la maison de jeunes du chef-lieu.

Que ferez-vous pour améliorer l’état du secteur de la santé ?
En effet, notre commune n’est pas bien lotie dans ce secteur, nous ne comptons que 3 salles de soins pour plus de 13 000 habitants. Nous allons frapper à toutes les portes pour obtenir l’inscription d’une polyclinique. Les hauts responsables du secteur doivent savoir qu’à Mechtras les malades galèrent. Les parturientes continuent de subir les affres des longs déplacements pour donner la vie. Nos malades chroniques et nos personnes âgées font des kilomètres pour de simples analyses médicales, des radiographies X ou pour une simple consultation.

L’environnement est également en souffrance et les risques sur la santé publique sont multiples. Quel est votre programme pour protéger la ressource hydrique, la faune et la flore ?
La solution réside dans la concrétisation de la station d’épuration inscrite au profit de notre commune. Ce projet était gelé, mais à présent que le dégel des projets entrant dans le secteur de l’hydraulique a été décidé, les oppositions levées, l’assiette disponible, nous demandons aux responsables concernés de passer à l’action avant qu’il ne soit trop tard. Notre région est riche en ressources hydriques, mais d’innombrables tronçons d’assainissement se déversent dans les oueds et les ravins. C’est une véritable épée de Damoclès qui pend sur nos têtes. Concernant la collecte des ordures ménagères, elle s’est sensiblement améliorée depuis l’engagement d’une entreprise privée.

Vous parlez de richesse hydrique, pourtant, plusieurs quartiers à Mechtras manquent d’eau même en hiver…
C’est en effet un grand paradoxe. Le problème ne peut donc résider que dans la gestion de cette ressource. A Ihesnaouen, Aït Ali Aissa, et surtout au quartier Alma N dinar, les citoyens souffrent de manque d’eau été comme hiver. Nous demandons à l’ADE de revoir sa copie. Pour notre part, nous avons veillé par exemple à ce que La fontaine du roi, qui jouit d’un fort débit et qui a été sabordée en 2010, soit réaménagée. Les installations ont été refaites et nous avons réservé une enveloppe financière pour son aménagement et son exploitation, afin de renforcer la distribution de l’eau.

De nombreux foyers ne sont toujours pas raccordés au gaz naturel ni à l’électricité, qu’allez-vous faire pour y remédier ?
Le taux de raccordement au gaz naturel dans notre commune est de 85%, mais il subsiste en effet beaucoup de foyers et de quartiers, tels Tazrout et Bouaquala entre autres, qui ne sont pas raccordés. La direction concernée sera interpellée. Concernant le réseau de l’électricité, aucun projet d’extension n’a été réalisé depuis 2012, pourtant la liste des foyers en attente de raccordement a été établie. C’est le cas aussi pour la fibre optique qui n’existe qu’au chef-lieu. Des démarches seront entreprises auprès des directions concernées pour améliorer la situation. De toutes les manières, la volonté d’avancer est là même si la conjoncture économique actuelle n’est pas très favorable. Nous demandons à nos concitoyens d’être patients et nous leur promettons que tout se fera progressivement selon les priorités. Nous avons une seule ligne politique à suivre, c’est celle du développement.
Entretien réalisé par Hocine T.