Accueil Évènement  »Les exportations algériennes vers l’Italie sont à plus de 3 milliards de...

 »Les exportations algériennes vers l’Italie sont à plus de 3 milliards de dollars »

1432

« Cette visite a pour but d’approfondir les différents volets de coopération économique entre les deux pays. Elle intervient avant les deux prochaines visites officielles du secrétaire d’Etat chargé des PME et PMI à la fin du mois en cours et celle du président du Conseil italien, M.Romano Prodi, la fin du mois de novembre », c’est ce qu’a déclaré hier, Pier Luigi Bersani, ministre du Développement économique italien, lors d’une conférence de presse qu’il a animée au siège de l’ambassade d’Italie à Alger pour clôturer sa visite officielle de deux jours dans notre pays.

Lors de sa communication, le ministre italien a évoqué les entretiens qu’il a eu avec les représentants du gouvernement algérien, notamment les ministres des Finances, de l’Energie et des Mines, des Participation et de la Promotion des l’investissements. « Nous avons discuté des différents sujets de manière générale sur les perspectives de coopération, de l’investissement et de consolidation des relations entre les deux pays », a t-il soutenu. En outre, le ministre italien n’a pas caché les ambitions de son pays concernant le secteur énergétique algérien. Dans ce registre, il dira que son pays continuera a élargir ses relations économiques avec l’Algérie ‘’notamment dans le secteur énergétique’’. Interrogé sur le taux des échanges entre les deux pays, Pier Luigi Bersani a affirmé que les exportations italiennes vers l’Algérie ont atteint « les 958 millions de dollars et les exportations algériennes vers l’Italie sont 3,789 milliards de dollars”. Ces chiffres, ajoute le ministre, »sont la réalité du taux d’échanges entre les deux pays. chose qui reflète l’importance de la coopération entre nous », assure-t-il.

S’agissant du projet gazier (gazoduc), reliant l’Algérie et la Sardaigne, le ministre a fait savoir que la première phase de cette opération a été déjà faite, cependant, « nous avons besoin d’inaugurer sa deuxième phase », estime-t-il. Ce dernier n’a pas omet de souligner qu’un groupe technique regroupant les deux gouvernements a été installé dans le but d’accélérer la cadence des travaux et pour étudier les différents aspects de ce projet.

Concernant le processus de privatisation et d’investissement en Algérie, Pier Luigi Bersani a laissé entendre que son pays est intéressé par les privatisations en ce qui concerne les ressources minières, énergétiques, les secteurs de la transmission, de la construction et celui du tourisme. « La chance de venir investir en Algérie augmentera si les ‘’difficultés et les problèmes’’ se réduisent », a-t-il enchaîné. Et d’ajouter encore qu’il y a une banque italienne qui s’installera très prochainement en Algérie, et qui va, selon le ministre, accompagner les entreprises italiennes déjà implantées en Algérie.

Ziyad Demouche