Accueil Évènement Le mystère s’épaissit autour de la voyageuse soupçonnée de H1N1

Le mystère s’épaissit autour de la voyageuse soupçonnée de H1N1

3347

Mardi, une équipe de l’hôpital Khellil-Amrane revenait bredouille d’Alger où elle s’était déplacée pour récupérer les fameuses analyses commandées, à l’Institut Pasteur, révèle une autre source.

Divulguée dimanche par la presse, la nouvelle de l’“interpellation”, la veille, d’une voyageuse, présentant les signes cliniques d’une grippe, à l’aéroport Abane-Ramdane, n’aura suscité aucun commentaire officiel.

Un silence radio des plus douteux.

On s’interroge sur les motifs du maintien en quarantaine de cette voyageuse d’autant que le ministère de la Santé assurait, à un grand quotidien national, autant promptement que niaisement, à travers une source courageusement anonyme, que l’Algérie ne recense aucun cas suspect de H1N1.

Quatre jours après, au lieu et place d’une communication loyale, c’est plutôt le mystère qui s’épaissit. Un responsable de la direction de la Santé (DSPRH) de la wilaya de Béjaïa qui n’avait pourtant confié que de vagues généralités à la Dépêche de Kabylie semble avoir été vertement réprimandé par sa hiérarchie. Que cachent donc des autorités formatées au culte brejnévien du secret ?

Un cas avéré de H1N1 ? Pourquoi pas, d’autant que tous ceux qui regardent la TV savent qu’il ne faut pas plus d’une journée à la France pour conduire un dépistage probant de la grippe porcine ?

Samedi matin, une passagère de 59 ans, en provenance de Paris, fait un malaise durant le vol et crée une certaine panique à bord. Plutôt mal au point, elle traîne plusieurs maladies : un diabète, une hypertension et une insuffisance rénale.

La dame souffre de surcroît d’un syndrome grippal depuis un mois, ce qui gâte tout en fait.

Et c’est tout professionnellement que les responsables aéroportuaires en charge du contrôle sanitaire aux frontières (CSF) donnent l’alerte. La voyageuse est évacuée par le SAMU vers Khellil-Amrane, où une aile idoine est aménagée dans le cadre du dispositif anti-grippe porcine et mise en isolement pour écarter toute éventuelle contamination. Des prélèvements ont été effectués et convoyés à l’Institut Pasteur de Zeralda pour une recherche biologique du virus H1N1. Jusqu’à hier, l’hôpital Khellil-Amrane était toujours sans nouvelle des résultats.

M. Bessa