Accueil Évènement “Des petites souris des champs dans les robinets”

“Des petites souris des champs dans les robinets”

1903

Ce n’est pas une plaisanterie, mais c’est une réalité amère. Ces derniers jours, une dizaine de citoyens de ce paisible village ont été surpris par des petites souris des champs dans leurs robinets.

Cet état de fait remonte à une dizaine de jours, lorsque ces villageois ont remarqué que l’eau coule avec une quantité insuffisante. Cette situation a fait réagir ces habitants, qui ont procédé à la vérification de leur robinets d’arrêt,. Quelle ne fut leur surprise quand ils ont découvert que des petites souris obstruent leurs robinets. Les responsables locaux restent comme d’habitude passifs, ou bien ils attendent que l’irréparable arrive, pour qu’ils réagissent. Les représentants de ce village nous ont confirmé qu’ils avaient sollicité à maintes fois ces responsables afin de clôturer au moins par grillage le château d’eau qui reste sans aucune barrière, ce qui met leur vie en danger, en vain. “Aucune oreille ne nous a prêté attention et aucun écho favorable n’a retenti face à nos répétitives doléances que nous avons pourtant menées depuis longtemps’’, déplore notre interlocuteur.

En outre, l’état dégradé du château d’eau qui alimente Aït Oumaouche fait partie de cette situation. Lors de notre visite à ce lieu, on a constaté que la grille de la trappe – qui est indispensable dans chaque château d’eau – est quasi inexistante, ce qui facilite l’introduction ou la chute de ces animaux dans le réservoir d’eau. A souligner que cette situation exposera les habitants à la peste, ainsi qu’aux différentes maladies à transmission hydrique. Malgré l’implantation de deux châteaux d’eau, sur leur propre sol, à contenances respectives de 250 et 50 m3, les habitants d’Aït Oumaouche souffrent de la pénurie ainsi que de la mauvaise qualité de cette eau. Ce qui n’était pas le cas naguère avant l’implantation de ce deuxième château d’eau. Ces derniers sont dans l’obligation de parcourir plusieurs kilomètres pour s’approvisionner en eau potable, ou d’attendre les fameux camions distributeurs d’eau que personne ne sait exactement d’où elle provient. Il convient de rappeler que le réservoir qui alimente ce village dessert également sept autres, alors que le plus important est réservé à deux villages seulement. Cette situation n’exige pas vraiment d’énorme efforts, mais elle demande seulement un peu de sérieux de la part des autorités locales. Les citoyens de ce village attendent avec impatience une réaction de ces responsables, afin d’éviter l’irréparable !

Yahia Maouchi