Accueil Évènement Le deuxième tunnel d’Aokas ne sera pas prêt pour cet été

Le deuxième tunnel d’Aokas ne sera pas prêt pour cet été

3678

Les discontinuités et la présence de remblai aux deux entrées prévues ont obligé l’entreprise en charge du projet, Gesitp, d’en réaliser deux autres pour justifier le retard constaté sur le terrain par Ali Bedrici, wali de Béjaïa lors de sa visite d’inspection des projets à travers les communes de l’est béjaoui qu’il avait effectuée avec le président de l’APW dans la matinée d’hier.

Toutefois, selon le représentant de l’entreprise, les études ont été finalisées et les travaux reprendront dans deux semaines au plus tard. Concernant l’inquiétude du wali quant à la préservation de la grotte féerique laquelle donne sur l’ancien tunnel, le chef de projet dira qu’il sera procédé à l’utilisation de l’explosif adéquat afin d’éviter l’endommagement des stalagmites et stalactites de la grotte. Juste à côté de ce projet de tunnel, la délégation a inspecté le projet de confortement de la zone rocheuse de la falaise du cap d’Aokas qui enregistre un retard d’un trimestre, car un ordre de service d’arrêt des travaux leur a été signifié pour un complément d’étude. Le volume rocheux trouvé a imposé l’utilisation de tubes d’aménagement beaucoup plus gros. D’ailleurs, le wali dira que certes le terrain corrige l’étude mais le retard n’est pas permis pour des projets rentrant dans le cadre de la sécurité des citoyens d’autant que le retard est plutôt dû à l’approbation de cette étude finale par le bureau d’études retenu. L’engagement a été pris par l’entreprise Can France pour livrer le projet au mois d’avril prochain. Avant cette halte à la station balnéaire d’Aokas, la délégation a eu à visiter dans la commune de Melbou le chantier d’aménagement et de modernisation de la RN 43, reliant la wilaya de Béjaïa à celle de Jijel, sur une distance de 11,5 km. Ce projet de 400 milliards de centimes sera réalisé conjointement par une société turque et une entreprise privée algérienne. Il consiste en la réalisation de routes, d’ouvrages d’art et de trois tunnels longs de respectivement de 702 m, 611 m et 320 m. Sur place, la délégation a constaté que beaucoup de moyens ont été mobilisés ; d’ailleurs le projet a été partagé en quatre sections dont 22 ateliers y travaillent, et dans chaque atelier, outre les camions et autres moyens humains, un brise-roche fait le travail le plus dur. Les équipes d’ouvriers travaillent en deux fois douze heures y compris les week-ends, dira le chef de projet. L’excavation au moyen d’explosifs se fait trois fois par semaine et l’avancée dans deux des trois tunnels de plus de 250 mètres linéaires est très satisfaisante et la délégation n’a pas caché son satisfecit bien que le wali ait exigé quand même d’éviter les retards.

Si les routes seront achevées d’ici à la fin de l’année en cours, les tunnels quant à eux ne le seront qu’en janvier 2013. Toutefois, selon ce qui est avancé par les entreprises en charge du projet, il ne reste que l’étude du troisième tunnel qui n’est pas encore achevée et si elle se fait dans les normes, le projet sera livré en totalité d’ici à la fin de l’année prochaine, soit un gain dans les délais de plus d’une année.

Du côté est du projet, c’est-à-dire à partir de Jijel, il n’y a que les travaux d’assainissement et des murs de soutènement qui ont été faits et le wali a donné instruction aux responsables concernés de réaliser des murs de soutènement en urgence pour préserver les habitations qui s’y trouvent d’autant qu’elle appartiennent en majorité aux personnes ayant contribué à ce projet en mettant leurs terrains à la disposition de l’Etat.

Outre la sécurité des riverains, Ali Bedrici a aussi insisté sur la préservation de la grotte préhistorique d’Affalou Bournel qui se trouve sur l’entrée ouest du projet. A Souk El Tenine, la délégation de wilaya a inspecté le chantier de réalisation d’un stade d’atléthisme dont le taux d’avancement des travaux oscille entre 20 et 100% selon les blocs.

Ce qui est sûr, c’est qu’il sera opérationnel à partir du mois de juin prochain et l’assistance a été prise à témoin par le wali qui exigera le respect des délais aux divers entrepreneurs qui s’attelle à la tâche. Les services de la Jeunesse et des Sports ont profite de la présence du wali pour lui proposer l’inscription d’un terrain d’échauffement indispensable à ce genre de projet. Concernant la réalisation de ce mégaprojet sportif à Souk El Tenine, le wali dira qu’avec ce stade et la réhabilitation de l’OPOW de Béjaïa, Béjaïa pourra participer et organiser les compétitions nationales et internationales. Elle entrera ainsi dans la cour des grands et engrangera par conséquent des dividendes qui lui permettront d’entretenir ses infrastructures.

La tournée d’inspection s’est achevée au chef-lieu de wilaya, au stade de l’Unité maghrébine plus précisément où la délégation constatera le retard fait dans la réalisation de l’éclairage du stade. Seuls trois pylônes ont été installés et le quatrième ne se fera, selon le chef de projet, que dans une quinzaine de jours. Pour ce retard, Ali Bedrici exigera de son directeur de la wilaya de la Jeunesse et des Sports d’appliquer le principe de pénalités à cette entreprise dans le cas d’un retard supérieur à quinze jours. Ainsi, juste à son retour de congé, le wali de Béjaïa renoue avec ses sorties de travail.

A. Gana