Accueil A la une Abdessalem Lakehal Ayat remplace Mustapha Limani

Bouira

Abdessalem Lakehal Ayat remplace Mustapha Limani

636

La wilaya de Bouira a désormais un nouveau wali, en la personne de M. Abdessalem Lakehal Ayat, qui remplace Mustapha Limani, en poste depuis juillet 2017. Le nouveau wali doit se retrousser les manches pour redynamiser de multiples projets à travers la wilaya, et ce dans de nombreux secteurs. La zone industrielle de Sidi Khaled, qui attend toujours son essor et son aménagement, les hôpitaux en construction enregistrant un retard immense, les logements toutes formules confondues qui sont attendus depuis des lustres et la liste des projets en dormance est encore longue. Quant aux trente mois de passage de M. Limani à la tête de la wilaya de Bouira, ils ont été ponctués par des fermetures de routes, d’APC et parfois du siège de la wilaya par des protestataires réclamant de l’eau, de l’électricité, du gaz, des routes praticables et des logements. Des revendications qui, pour la plupart, n’ont pas été satisfaites à l’exemple du bras de fer qui perdure entre les services de l’Agence foncière et des bénéficiaires de Logements promotionnels aidés (LPA).

Des problèmes qui auraient pu être solutionnés mais qui persistent au grand dam de la population. M. Abdessalem Lakehal Ayat doit également redynamiser et assainir certains dossiers concernant différents secteurs, dont le tourisme et l’agriculture, deux secteurs importants dans cette wilaya disposant d’énormes potentialités. Concernant le problème du foncier ayant été attribué dans le cadre de l’investissement, là encore, il doit frapper fort pour inciter les investisseurs récalcitrants à se lancer dans leurs productions respectives, en viabilisant en urgence les zones industrielles, les zones d’activités ainsi que les ZET. Il n’est pas impossible qu’avec un suivi rigoureux de certains projets en dormance, ces derniers seront réactivés, sachant que les retards constatés dépassent tout entendement, comme c’est le cas du nouvel hôpital de M’Chedallah, qui devait être réceptionné en 2018, celui d’Aïn Bessem, de Bordj Okhriss et le complexe mère-enfant de 80 lits de Bouira, datant de 2010, ou encore la polyclinique d’Ath Leqsar. Des projets vitaux pour les citoyens, qui espèrent beaucoup du nouveau wali.
Hafidh Bessaoudi