Accueil Évènement Appel à une organisation de base

CONVENTION - Forces de l'Alternative démocratique

Appel à une organisation de base

115

Les forces de l’Alternative démocratique ont tenu leur convention nationale, avant-hier, au siège du RCD à Alger. Les travaux ont été sanctionnés par une résolution finale qui plaide pour un processus constituant à travers une organisation par la base, rejetant l’élection présidentielle. Pour les signataires du pacte démocratique, «la revendication de changement vers un État de droit fondé sur la légitimité démocratique (…) exige un nouveau climat politique incompatible avec les propositions du pouvoir actuel».

Ils ont appelé de ce fait à «l’ouverture immédiate d’une phase de transition démocratique où les affaires de l’État seront dirigées dans un nouvel esprit à travers un processus constituant». Selon la résolution, le départ du régime et de ses symboles seront «les premiers indicateurs pour avancer dans la nouvelle phase». «La phase de refondation exige la mise en place d’un pouvoir judiciaire indépendant, mécanisme fondamental permettant d’instaurer un État de droit». «L’indépendance de la justice va réunir les conditions nécessaires à même de prémunir contre toute reconstruction sur l’esprit de la hogra, de vengeance et de règlements de compte», explique-t-on.

Les forces de l’Alternative démocratique ont lancé un appel aux Algériens pour s’engager dans un processus constituant souverain «à travers l’auto-organisation au sein des structures et des comités de base à l’échelle nationale dans l’objectif de donner la parole au peuple pour choisir librement la forme et le contenu des institutions à mettre en place». Elles l’ont exhorté de ce fait à se regrouper autour de leur initiative et à se saisir «des instruments de son autodétermination».

Les signataires se sont engagés également «à travailler dans un cadre inclusif, en demeurant ouverts à l’ensemble des Algériens, partis, associations, rassemblements, personnalités politiques, pour mener à bien le projet de citoyenneté, c’est-à-dire l’État de droit». Ils ont dénoncé l’interdiction de la Convention considérée comme une grave atteinte à une liberté fondamentale consacrée par la Constitution. Pour rappel, le refus de la tenue de la convention à la Safex leur a été signifié, ce qui les a contraints à tenir leur rassemblement au siège du RCD à El Biar.

A noter que les forces de l’Alternative démocratique comptent le Parti des travailleurs (PT), le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), le Front des forces socialistes (FFS), le Parti socialiste des travailleurs (PST), l’Union pour le changement et le progrès (UCP), le Mouvement démocratique et social (MDS), le Parti pour la laïcité et la démocratie (PLD) et la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH), en plus de trois syndicats représentant le secteur de l’Éducation à savoir : le Syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (SNAPEST), l’Union nationale du personnel de l’éducation et de la formation (UNPEF) et le Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (SATEF).

K. H.