Accueil Évènement Cap sur l’exportation

BOUIRA - Visite du ministre de l’Industrie, Youcef Yousfi, hier

Cap sur l’exportation

159

Le ministre de l’Industrie et des Mines, Youcef Yousfi, a effectué, hier lundi, une visite de travail et d’inspection à travers plusieurs localités de la wilaya de Bouira. Accompagné du wali de Bouira et des cadres de son secteur, le ministre inspectera en premier lieu le projet portant sur la réalisation d’un data-centre, au niveau de la station des télécommunications de la commune de Lakhdaria, au Nord-ouest de Bouira.

Un projet, qui a été, pour rappel, annoncé l’année dernière, et dont les travaux avoisinent présentement les 40%. Selon les explications fournies par les responsables d’Algérie Télécom Satellite (ATS), le data-centre, dont la mise en service est prévue pour le mois de juin prochain, sera d’une dimension internationale.

Il sera doté d’équipements de haute technologie qui permettront à l’Algérie d’offrir des services d’hébergement de données pour les pays couverts par le réseau de la station de télécommunication de Lakhdaria.

La mise en service de ce projet aura également des répercussions positives sur le développement du secteur de l’industrie numérique en Algérie et facilitera notamment l’implantation de nouvelles activités commerciales et industrielles numériques.

Sur place, le ministre, qui a félicité les responsables d’ATS pour l’inscription de ce projet, a assuré que la mise en service du data-centre créera d’importantes opportunités d’investissement dans le pays et donnera également accès aux technologies de télécommunication modernes aux entreprises étrangères désirant s’établir en Algérie, notamment celles spécialisées dans les services et la sous-traitance.

Toujours dans la ville de Lakhdaria, Yousfi a visité le complexe industriel de l’Entreprise nationale des peintures (ENAP), qui a bénéficié tout récemment d’une importante opération d’extension, pour développer ses capacités de production, répondre au mieux aux exigences du marché local et faire face à la forte concurrence dans ce domaine.

Cette usine, réalisée durant les années 70, est considérée comme l’un des fleurons de l’industrie et de la transformation pétrochimique en Algérie et en Afrique, avec une capacité de production annuelle de près de 150 000 tonnes de produits de peinture et vernis et plus de 50 000 tonnes de produits semi-finis (résines, émulsions et siccatifs).

Après avoir visité les chaînes de production et s’être entretenu avec les ouvriers de cette usine, l’hôte de Bouira a insisté auprès des responsables de cette entreprise publique sur l’impératif de redoubler d’efforts, pour élargir et développer les gammes des produits de l’usine en question.

Il exhortera aussi ses responsables à développer des politiques de production et de marketing, afin d’intégrer le marché mondial, notamment à travers la signature de marchés pour l’exportation du produit : «Vous avez toute la liberté pour agir et développer vos techniques de production et de marketing.

Le produit de l’ENAP est d’une qualité excellente et peut facilement répondre aux exigences des marchés mondiaux, plus particulièrement africains. Si nous parvenons à exporter nos produits, nous bénéficierons non seulement d’importantes recettes en devises, mais surtout de tous les moyens financiers et techniques pour développer nos capacités de production», a-t-il affirmé.

282 projets autorisés en 2018

Toujours au niveau de l’usine de l’ENAP, le ministre a eu droit à un aperçu global sur la situation du secteur de l’industrie dans la wilaya de Bouira, qui ne compte pas moins de 23 zones communales d’activité et trois zones industrielles.

Selon l’exposé de la direction de l’industrie, la wilaya renferme plus de 19 000 petites et moyennes entreprises, qui ont offert plus de 54 000 postes d’emploi et contribuent à plus de 8% au PIB local. Concernant l’investissement, le directeur de l’industrie a assuré que pas moins de 1 029 demandes sont en actuellement en voie d’étude au niveau de la wilaya et 282 nouveaux projets ont été autorisés en 2018.

Le cortège officiel s’est, par la suite, dirigé vers la commune d’El-Adjiba, à l’Est de la wilaya, où le ministre a marqué une halte au niveau de l’usine COLPA-SPA, spécialisée dans la production de matériaux de construction à base de gypse. Cette usine, née en 2012 grâce à une coopération entre les deux groupes COSIDER et LAFARGE Algérie, est dotée de trois lignes de production et de cuisson et exploite les gisements de plâtre de cette région.

Sa capacité de production est passée à plus de 450 000 tonnes de plâtre par année et a créé jusque-là plus de 200 postes d’emploi directs. Selon les responsables de cette entreprise, le produit de cette usine est actuellement commercialisé sur l’ensemble du territoire national, et des études sont en cours d’élaboration pour l’exportation de ce produit et l’exploration de nouveaux gisements de plâtre dans cette région et dans les communes voisines d’Ahnif et d’Ath-Rached.

Ces études sont financées par un fonds spécial de plus de 800 millions de dinars. Le ministre Youcef Yousfi, qui félicitera les responsables de cette entreprise «pour l’accomplissement de l’ensemble des objectifs du partenariat entre les deux entreprises», a insisté sur l’élargissement des zones d’exploration dans cette région, préconisant de prévoir plus d’investissements pour la réalisation de nouvelles lignes de production au sein de cette usine : «Cette région de la wilaya de Bouira recèle des potentialités naturelles et humaines qui peuvent la transformer en un leader national dans la production du plâtre et ses produits dérivés.

Nous sommes amenés à exploiter dans l’intérêt du développement de notre secteur industriel et toujours dans un cadre de partenariat gagnant-gagnant. Aussi, il faut penser à diversifier les produits, de manière à être plus concurrentiel sur le marché national et même étranger», a-t-il relevé. Après El-Adjiba, le ministre s’est rendu à la commune d’El-Hachimia, au Sud de la wilaya, où il a procédé à l’inauguration d’une usine privée de produits visqueux, avec un investissement de 2,5 milliards de dinars.

Selon l’investisseur, cette nouvelle usine s’inscrit dans le cadre d’un projet global de son groupe, dont la première partie a été mise en service en 2017, dans la même localité. Cette nouvelle usine dispose d’une capacité de production de 200 kg de produits alimentaire (mayonnaise et moutarde) par heure, avec l’ouverture de 120 postes d’emploi directs.

Toujours dans le cadre de son projet, le groupe privé en question a aussi inscrit dans son agenda le lancement, en juin prochain, d’un complexe de production de viande blanche, d’une unité de transformation de déchets organiques en engrais, en novembre, et d’une exploitation agricole d’oliviers et de maïs, au mois d’avril prochain.

Ce dernier projet concerne aussi la culture intensive du raisin et de l’orange. Le coût global de cet investissement dépasse les 5 milliards de DA. Le ministre de l’Industrie a clôturé sa visite au niveau de la zone industrielle de Sidi-Khaled, dans la commune d’Oued El-Berdi, où il a procédé au lancement des travaux de réalisation d’une unité pharmaceutique. Une assiette de plus de 3 200 m2 a été réservée pour cette structure, qui sera opérationnelle en janvier 2020, selon les estimations du maître de l’ouvrage.

Oussama Khitouche