Accueil Évènement «Cette année on visera l’accession»

SMAÏL AMAR, président de l’AS Djebla Ouaguenoun

«Cette année on visera l’accession»

211

Le président de l’AS Djebla Ouaguenoun, Smaïl Amar, jeune chef d’entreprise, parle à cœur ouvert et sans détours de tout ce qui a trait à la vie du club qu’il préside depuis une année.

La Dépêche de Kabylie : Pouvez-vous nous faire un bref bilan de la saison passée ?
Smaïl Amar
: En toute modestie, je dirais que le bilan est des plus positifs. En football, on a raté l’accession d’un cheveu. On a fini deuxième derrière le leader, la JS Tala Tegana. En boxe, on a décroché 12 titres nationaux, dont deux doublés remportés haut la main par Ouahab Chikhaoui et Remdane Yasmine. Les autres titres ont été obtenus notamment par Hadji Ghiles, Touat Ghiles, Nait Kaci Lounes, Tighergher Salah, Chetounae Yasmine, Hamada Melissa et Sekbi Abdelkader. Je tiens à féliciter une autre fois tous ces lauréats pour leurs belles performances, qui renseignent sur la bonne santé du noble art dans notre région. C’est une discipline très prisée chez nous et je suis persuadé qu’avec un peu plus de moyens, on parviendra à se hisser parmi les meilleures écoles du pays. On possède des pugilistes promus à une grande carrière qui ont tout simplement besoin d’être soutenus et encouragés.

Pour votre première saison à la tête du club, vous avez enregistré beaucoup de bons résultats. Un commentaire ?
Tout à fait mais je pense qu’avec un peu plus de moyens, on aurait pu faire beaucoup mieux. Il faut savoir que pour nos boxeurs (filles et garçons), qui sont au nombre de quarante, dont un international, les entraînements se déroulent dans une salle de fortune du village reformée par le CTC, suite au dernier tremblement de terre. Mais cela ajoute au mérite de nos athlètes, lesquels ont réussi à relever des défis au niveau national, en damant le pion à des adversaires mieux dotés en moyens.

Il se raconte que Ouaguenoun a bénéficié du projet d’une salle de sport. Confirmez-vous cette information ?
C’est exact. Le choix du terrain a été fait à Djebla, mais les choses n’avancent pas. On a rencontré les autorités qui nous ont promis de faire le nécessaire, et on attend. Notre plus grand souhait est de voir ce projet qui nous tient à cœur démarrer. Cette salle de sport, si elle venait à voir le jour, permettra à nos athlètes de s’entraîner dans de bonnes conditions et de s’épanouir davantage. Je suis sûr que les résultats, notamment en boxe, seront encore meilleurs et que nos athlètes vont se retrouver à l’un des meilleurs rangs dans le monde du noble art national. Ceci dit, je lance un appel aux autorités pour accélérer la procédure de démarrage de ce projet.

Qu’en est-il du terrain de football ?
On a un très beau et grand terrain à Djebla, qui a besoin de quelques aménagements, tels que les vestiaires, et a besoin d’être revêtu. On a reçu des promesses dans ce sens mais jusque-là, les choses sont restées en l’état. En attendant de voir ce terrain revêtu de pelouse synthétique, on est contraints de continuer à recevoir nos adversaires, en seniors et en jeunes, au stade de Tikobaine.

Comment est la situation financière du club ?
La situation n’est pas reluisante. On reçoit certes des subventions de la part de l’APC et de l’APW, mais elles demeurent très insuffisantes par rapport au budget de fonctionnent de l’AS Djebla Ouaguenoun. Devant ce déficit, je suis amené, assez souvent, à mettre la main à la poche. Il y a aussi l’apport précieux du village. Sans ces apports, il nous sera impossible de faire face aux dépenses engendrées par les différentes compétitions et de régler aussi une partie des anciennes dettes du club portant sur l’achat d’équipements et la restauration.

Quel budget vous faudra-t-il pour faire fonctionner le club ?
Je pense qu’avec une gestion rationnelle, deux millions de dinars suffiront pour une saison. Il faut juste savoir gérer et éviter les dépenses inutiles. Nos athlètes ne sont pas exigeants, ils ont juste besoin d’un minimum, surtout les conditions de travail, qui leur permettra de progresser.

Comment se présente la nouvelle saison pour vous ?
Je dirais plutôt sous de bons auspices. Pour la section football, on a débuté la préparation et tout se passe bien. On a gardé presque 80 % de l’effectif de la saison passée et on a également reconduit le même staff à sa tête Ferhat Karim. On a réalisé une bonne saison et j’espère que cette fois-ci sera la bonne pour nous.

Donc, l’accession est votre objectif ?
Oui. Notre objectif est d’accéder au palier supérieur. Je pense qu’on possède un bon effectif et un staff compétent, capables de concrétiser cette ambition. Une chose est sûre, on va jouer crânement nos chances jusqu’au bout. Ce sera certes difficile mais pas impossible.

Et pour la section boxe ?
Pour la boxe qui reste la grande satisfaction du club, la saison dernière, on mettra tout en place pour aller de l’avant. On doit confirmer les résultats probants de la saison dernière et essayer de monter encore plus en puissance. On possède de grands athlètes et de très bons techniciens, à l’image de Djilali Messaoudene, Mohand Serdjane et Cherfaoui Aziz. Un trio qui fait un travail titanesque. D’ailleurs, les résultats sont là pour témoigner du travail qu’ils font au niveau de la section chapeautée par Mokrani Yahia. Pour cette saison, notre ambition est de gagner des titres majeurs et voir aussi d’autres pugilistes intégrer les différentes sélections nationales.

On vous laisse le soin de conclure…
Je profite de l’occasion pour renouveler mon appel aux autorités concernant le projet de la salle de sport et le revêtement du stade de Djebla. J’appelle aussi la population du village à continuer à soutenir notre association sportive, qui est un cadre idéal pour l’épanouissement de nos jeunes. Aussi, les portes du club sont ouvertes à toutes les bonnes volontés voulant intégrer l’association. Enfin, je tiens à remercier la Dépêche de Kabylie, qui nous accompagne dans cette noble mission, celle d’offrir à nos jeunes un espace d’expression et de loisirs, et qui fait beaucoup pour la promotion du sport amateur, au niveau de la wilaya.

Entretien réalisé par S Klari