Accueil A la une Clash entre la majorité et l’opposition

BOUIRA - Troisième session ordinaire de l’APW

Clash entre la majorité et l’opposition

374

La troisième session de l’Assemblée populaire de la wilaya de Bouira, qui s’est ouverte hier au siège de la wilaya, s’est déroulée sur fond de boycott et de contestation. En effet, le groupe des élus RCD a annoncé d’emblée son refus de participer à cette session qu’il a qualifiée de «protocolaire et sans objectifs». Les élus de l’opposition ont même improvisé un rassemblement de protestation à l’intérieur même du hall de la salle des réunions, scandant des slogans hostiles à la gestion du président de l’APW et du wali de Bouira.

Dans une intervention, l’élu du RCD, Meziane Chaâbane, ancien maire de Haïzer, n’a pas hésité à critiquer ouvertement la gestion de l’Assemblée de la wilaya, la qualifiant d’«administrative et de non-démocratique». L’intervenant dénoncera aussi le retard qu’accuse de nombreux projets de développement de la wilaya : «Bouira est une wilaya riche mais elle souffre d’un grave problème de sous-développement. Les projets accordés aux localités de la wilaya sont en souffrance et les citoyens ne cessent de dénoncer ces situations de blocage administratif.

L’APW de Bouira est gérée de manière non-démocratique avec une absence totale de transparence et de communication. Les élus de tous les partis ne sont que rarement informés sur les dossiers censés être gérés par l’APW, alors que la presse locale est toujours marginalisée. La preuve, les journalistes n’ont jamais eu droit à la documentation à chaque session, malgré les nombreux engagements du président de l’APW (…). Aujourd’hui (ndlr, hier), face à la situation politique actuelle et vu l’absence totale de collaboration et de transparence au sein de l’APW, les élus du RCD ont décidé de boycotter les travaux de cette session», a clamé l’intervenant.

Les élus du RCD ont aussi brandi des pancartes sur lesquelles on pouvait lire «Non à une gestion administrative de l’APW», «Non aux sessions sans objectifs», «Non à la politique d’arbitraire», «Libérez Bouira»… Cependant, et au moment où les élus du RCD observaient un sit-in devant la salle de réunion, les autres élus ont lancé les travaux de la session ordinaire. Et c’est le président de l’APW, d’obédience RND, qui a pris la parole en premier afin d’exposer les points retenus pour l’ordre du jour.

Lors de son intervention, le président de la séance reconnaîtra que «pas mal d’objectifs de développement n’ont toujours pas été atteints à travers la wilaya». L’élu citera, notamment, le problème de l’alimentation en eau potable, la dégradation du réseau routier mais aussi les retards dans la réalisation de la majorité des projets structurants du secteur de la santé, de même que le manque flagrant de moyens humains et matériels au sein des hôpitaux et des structures de soins. Le P/APW alertera, par ailleurs, sur «les manipulations» au sein de la wilaya qui visent, selon lui, à «déstabiliser les services de la wilaya qui poursuivent leur mission de développement malgré toutes les contraintes sur le terrain», a-t-il martelé.

A noter enfin que pas moins de cinq importants points ont été retenus par le bureau de l’APW pour la session d’hier. Ils se rapportent, entre autres, à une évaluation de la mise en œuvre des recommandations retenues lors de la dernière session, à l’adoption du nouveau plan d’aménagement de la ville de Lakhdaria, à une évaluation des rentrées scolaire, universitaire et de la formation professionnelle et au bilan de la campagne de lutte contre les incendies.

Oussama Khitouche