Accueil Évènement Colloque sur la résistance des femmes berbères en Afrique du Nord

Organisé par le HCA

Colloque sur la résistance des femmes berbères en Afrique du Nord

1633

Les dernières retouches sont en train d’être apportées par les responsables et les cadres du Haut-commissariat à l’Amazighité (HCA) pour l’organisation d’un Colloque international, qui sera consacré à la résistance des femmes en Afrique du Nord, du 28 au 30 septembre 2019. Une information émanant de Si El Hachimi Assad, secrétaire général du HCA, qui a précisé que ce colloque est organisé, en collaboration avec la wilaya de Tébessa et l’association culturelle «Thevistis». Selon les précisions du même responsable, ce colloque international a pour thème : «Résistance des femmes en Afrique du Nord : de la période antique jusqu’au XIXe siècle».

Cette rencontre scientifique et académique d’envergure, qu’abritera la salle des conférences de la wilaya de Tébessa, est placée sous la direction scientifique de Harèche Mohamed El Hadi, Soltani Amel et Zerdoumi M’Hamed, respectivement, docteur spécialiste en numismatique, directrice du Musée national «Cirta» de Constantine et maître de conférences à l’Université d’Alger 2. Outre son objectif scientifique, cette activité intellectuelle est en soi un hommage aux femmes qui ont marqué l’histoire de l’Afrique du Nord, en général, et des Aurès, en particulier, a expliqué M. Assad.

Ce dernier a indiqué, en outre, que les organisateurs présenteront, en exclusivité, un bel ouvrage réalisé en coédition HCA – Ed. Guerfi, sous le titre «Raconte-moi les Aurès» de l’auteur et journaliste Rachid Hamatou. On a d’autre part appris que dans le but de réussir cette rencontre, le HCA réunira un panel d’experts venant de diverses universités et de centres de recherche nationaux et internationaux (Grèce, Soudan, Tunisie, Espagne…) pour exposer un ensemble de réflexions neutres dont les travaux sont les résultats de recherches scientifiques. «Il est important de revisiter, considérer et assumer notre histoire, totalement et objectivement loin des extrémismes idéologiques de l’Antiquité à nos jours», ajoute Assad Si El Hachimi, avant de conclure : «En ce qui nous concerne, nous sommes passionnément épris d’histoire, de toute l’histoire dans sa chronologie et aussi de cette terre d’Algérie et de son patrimoine avec un attachement viscéral à l’identité amazighe, substrat essentiel des sociétés maghrébines.»

A. M.