Accueil Évènement «De grands dégâts à Tigzirt»

Tizi Ouzou - La cellule de suivi des feux de forêt de l’APW fait son constat

«De grands dégâts à Tigzirt»

390

Une sortie dans la daïra de Tigzirt, cette semaine, de la Cellule de suivi des feux de forêt récemment installée au niveau de l’APW de Tizi-Ouzou, a mis en évidence les immenses dégâts causés par les récents incendies signalés dans la région du littoral.

Cette tournée à laquelle ont pris part des éléments de l’Antenne locale de la Direction des forêts fait état de dommages à travers les localités visités, dont Tamda Ugemmun, Tizi n’Chbiha, El Kalaa, Mizrana et Tifra, où il est à déplorer l’incendie des oliviers, des figuiers, des arbres fruitiers ainsi que des caroubiers.

En effet, comme annoncé dans une conférence animée, récemment, par le directeur des forêts de la wilaya de Tizi-Ouzou, un suivi rapproché et constant est assuré par ses éléments dans toutes les daïras. Sur place, des agents se déplacent sur les lieux pour constater de visu les dégâts pour plusieurs raisons.

D’abord, la présence accrue sur le terrain permet d’affiner les méthodes de surveillance et de prévention des incendies. Puis, en déterminant sur place les dégâts causés, il devient plus aisé de procéder au dédommagement des victimes surtout les agriculteurs. Les dégâts sont, en effet, incommensurables. Les derniers feux de forêt déclarés à travers ces villages du versant nord ont duré près de deux semaines. Les maîtriser n’était pas facile, vu le relief escarpé qui caractérise cette région.

A Tifra, village ancestral érigé dans le XVIIe siècle, les flammes ont atteint les maisons. Les éléments de la Protection civile ont sauvé de justesse les demeures et les personnes. Le village a, par ailleurs, été victime d’un incendie, l’année passée, où un vieil homme de 70 ans n’a pas pu être sauvé. Plusieurs maisons ont également été incendiées. Mais cette année, forts de l’expérience des années précédentes, les habitants sont intervenus à temps, en signalant parallèlement l’incendie aux services de la Protection civile.

Toutefois, malgré tous les efforts consentis, la récente virée des agents de la Direction des forêts sur le terrain a révélé le drame subi par les éleveurs. En plus de la flore et de l’arboriculture, qui ont en pâti, les apiculteurs et les aviculteurs sont les plus touchés par les feux. Les flammes ont eu raison de centaines de ruches et de poulaillers. A signaler que depuis quelques années, le rucher a toujours été la première victime des incendies. A ce sujet, les techniciens préconisent, comme mesure de prévention, d’isoler les ruchers de la forêt par des bandes, où ils devraient appliquer le désherbage aux alentours.
Akli N.