Accueil Évènement Début des inscriptions en septembre

Début des inscriptions en septembre

Baccalauréat professionnel

127

La ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Hoyam Benfariha, a fait savoir, hier, à Alger, que les inscriptions pour le baccalauréat professionnel débuteront en septembre prochain. «Il a été procédé à la mise en place d’une ingénierie pédagogique à travers l’installation de l’Office des examens, des concours et de formation. Les étudiants pourront s’inscrire à partir de septembre 2020», a indiqué la ministre, lors de son intervention sur les ondes de la Chaîne I de la Radio nationale. Elle a également précisé que «des wilayas pilotes ont été choisies, afin de concrétiser ce projet qui va offrir une grande opportunité aux jeunes d’intégrer le marché du travail». Par ailleurs et dans le cadre de la rentrée professionnelle de février, qui s’est déroulée hier, la ministre a fait état de la disponibilité de 255 000 postes pédagogiques et de l’ouverture de sept nouvelles spécialités. «Nous avons procédé à la préparation de cette rentrée à travers toutes les directions de formation, les instituts et les établissements privés», a affirmé Mme Benfariha.

Une nouvelle filière, à savoir «Art, culture et patrimoine», est également attendue. Pour les nouvelles spécialités, elles permettront de décrocher le diplôme de technicien supérieur dans le domaine du fromage et des produits laitiers, le certificat de compétence dans la fabrication du fromage, les diplômes de technicien supérieur dans la transformation du lait et de technicien supérieur dans le domaine des énergies renouvelables. Une formation pour la culture du palmier-dattier est aussi au menu. En ce qui concerne la stratégie adoptée par le secteur de la formation professionnelle, en vue d’accompagner l’économie nationale, la même responsable a souligné que des mécanismes de partenariat ont été établis entre son département et le secteur économique, afin «de former les stagiaires dans le but de leur permettre d’intégrer le marché du travail».
Samira Saïdj