Accueil Évènement «Deux dossiers bloquent la mise en service»

NAÏT YOUCEF SAMIR, directeur du transport de Tizi Ouzou

«Deux dossiers bloquent la mise en service»

287

La Dépêche de Kabylie : La mise en service de la première tranche du téléphérique était prévue pour la rentrée sociale, mais elle n’eut pas lieu. Pourquoi ?
Naït Youcef Samir
: En effet nous avions prévu la mise en exploitation de la première tranche pour la rentrée sociale, mais malheureusement les procédures demandent un peu plus de temps que prévu. Les pourparlers entre le maître de l’ouvrage et l’ETAC (l’entreprise d’exploitation) pour la mise en place de la convention d’exploitation sont toujours en cours. Il faut ajouter à cela que le dossier d’autorisation, qui comporte plusieurs étapes et procédés relatifs au plan d’intervention de sécurité que la Protection civile doit valider et que la wilaya doit signer, n’est pas encore finalisé, car la protection civile a émis certaines réserves que l’ETAC est en train de lever progressivement. Une fois toutes ces procédures finalisées, la mise en service interviendra. Mais je ne suis pas en mesure de fixer une date précise.

Des essais ont eu lieu durant l’été, ont-ils donné satisfaction ?
Des essais ont bien eu lieu l’été dernier. Ils ont été effectués par le constructeur Toma Galski (Français). Les différentes vitesses (minimale, moyenne et maximale) sont contrôlées. Les charges à vide et à 500 kilos ont été également essayées. Cela a permis de vérifier le fonctionnement de la motrice principale ainsi que la motrice de secours et tout ce qui est en relation avec la sécurité de l’équipement et des usagers. Cependant, nous attendons toujours la convention d’exploitation et la validation du plan d’intervention par la Protection civile et la wilaya. De toutes les manières, les bâtiments et les travaux au niveau des gares sont finalisés.

Et la deuxième tranche ?
Nous devons d’abord en finir avec la première tranche qui est fin prête à l’exploitation, si ce n’est la convention d’exploitation et le plan d’intervention qui doivent être validés. Ensuite, nous pourrons nous focaliser sur la deuxième tranche, à laquelle les équipes et les moyens seront tous transférés. La cadence des travaux s’améliorera nettement, ce qui présagera de la finalisation de tout le projet dans les meilleurs délais. Les travaux de terrassements au niveau des gares sont en cours.

Qu’en est-il de la capacité du téléphérique, du prix du ticket qui sera pratiqué et du coût global du projet ?
Pour le premier tronçon, nous avons 65 cabines d’une capacité de 8 à 10 usagers par cabine et la capacité globale du téléphérique est de 2 000 personnes par heure. La durée du trajet ne saurait dépasser 15 minutes dans un premier temps, quant à la fréquence du fonctionnement, nous l’avons proposée de 6 heures du matin à 22 heures. Le prix du billet ne dépassera pas 50 DA, ce sera un ticket unique, et il n’augmentera pas une fois la totalité du téléphérique mise en service. Il y aura, bien sûr, des formules d’abonnement par le service commercial. Pour ce qui est du coût global, il dépasse actuellement les 53 milliards de centimes.

Entretien réalisé par H. T.