Accueil A la une Entre la plaidoirie du maire et les accusations de l’opposition

AKBOU - Fermeture du marché des véhicules d’occasion

Entre la plaidoirie du maire et les accusations de l’opposition

859

En dépit de six tentatives d’adjudication, le marché de véhicules d’occasion de Bouyizène sera fermé jusqu’au 31 de ce mois de janvier.

à la surprise générale, l’APC d’Akbou a donc annoncé, mercredi dernier (voir notre édition d’hier), «la suspension» de toute activité commerciale sur l’ensemble de l’un des plus grands marchés hebdomadaires de la région tenu chaque vendredi. L’infructuosité d’adjudication dudit marché est due notamment au montant de «la mise à prix établie par les services des domaines, arrêté à 18 milliards de centimes pour une durée de trois ans et qui est au-dessus de toute les offres reçues des adjudicateurs», déclare Mouloud Salhi, maire de la commune.

Cette mise à prix des services des domaines est établie en vertu, apprend-on, de l’extrait du rapport d’estimation transmis aux services de la commune. Quant à l’APC, cette dernière, affirme M. Salhi, a fait son travail dans le temps imparti. Pour preuve, justifie-t-on, l’adoption du cahier des charges par le comité communal d’adjudication a été effectuée en date du 07/11/2018 pour la période du 01/1/2019 au 31/12/2021. Pour éviter à l’avenir ce genre de situations, une close a été inclue, selon le maire, dans le nouveau cahier des charges qui stipule que l’adjudicateur puisse continuer à gérer le marché jusqu’à sa réadjudication.

L’opposition, de son côté, met en garde et pointe du doigt l’exécutif, l’accusant d’être «à l’origine de cette impasse» qui coûtera cher à la municipalité. «Je résume cette situation catastrophique en quatre points : le non-respect du cahier de charges établi à cet effet, le retard enregistré dans la procédure d’adjudication de ce marché qui devait être faite en octobre, une grosse erreur d’adjudiquer ce marché pour une période de trois ans et, enfin, le marché à véhicules ne doit pas être fermé en dépit de sa non adjudication», estimera Ibalidène Boussaâd, élu à l’APC d’Akbou. Par ailleurs et suite à l’infructuosité de l’adjudication, la municipalité a demandé aux services des domaines une nouvelle mise à prix. A l’issue de cette annonce, les internautes akbouciens se sont acharnés sur les réseaux sociaux allant jusqu’à qualifier ce cas de «catastrophe». Par conséquent, la collectivité locale perdra 500 millions de centimes au cours de ce mois. Pour l’exécutif, il s’agit avant tout de «la mise en valeur» de ce marché «abandonné pendant tant d’années».

«Il est temps pour que ce marché reprenne sa juste valeur. Il y a tout un travail en cours de réalisation pour optimiser la concession du marché à véhicules», ajoutera l’édile communal. Selon l’exécutif, divers aménagements au niveau du marché Bouyizène ont été lancés. Il est question, apprend-on, de désengorgement du marché à véhicules par la création d’une nouvelle voie reliant le marché vers la RN26 ainsi que le nettoyage et le curage de l’oued Illoula le long de cette même voie. Revêtement en béton bitumineux (BB) des deux voies reliant le marché à la RN26 et celle le reliant à la ville (route du marché/route Hibouche) et ce, après avoir achevé les travaux de réalisation des différents réseaux (Eaux potable, drainage des eaux pluviales et assainissement) au niveau de la route du marché. Revêtement en béton bitumineux à l’intérieur du marché à véhicules (élargissement). Dédoublement et revêtement en béton bitumineux de la voie reliant le marché à la RN26. Réalisation de la clôture du marché à véhicule engagée. A noter enfin que les marchés des fruits et légumes et du droit de stationnement ont été attribués pour 4,5 milliards chacun.

Menad Chalal