Accueil Évènement Gaïd Salah met en garde les «ennemis de l’Algérie»

ANP - Réaffirmant le lien du peuple avec son Armée

Gaïd Salah met en garde les «ennemis de l’Algérie»

768

Le général de Corps d’Armée, Ahmed Gaïd Salah, a réaffirmé, hier, la grandeur de la relation qui lie l’armée et le peuple algérien. Il a lançé, par la même occasion, des mises en garde contre toute tentative extérieure d’attenter au pays et à son peuple.

«Je ne me lasserai jamais de répéter et de m’enorgueillir de la grandeur de la relation et de la confiance qui lient le peuple à son armée en toutes circonstances», a déclaré le général major lors de son allocution devant le Conseil d’orientation de l’Ecole supérieure de guerre.

Et de réitérer son engagement et celui de l’ANP à assurer et garantir la sécurité de l’Algérie : «Je me suis engagé en toute sincérité et abnégation, conscient même de la profondeur de mes propos, que la sécurité de l’Algérie, sa stabilité, sa souveraineté nationale et son unité populaire et territoriale sont un legs précieux et inestimable qui incombe aux éléments de l’Armée nationale populaire, digne héritière de l’Armée de libération nationale».

«Ce précieux legs, que nos forces armées font de sa préservation leur préoccupation majeure et leur mission fondamentale et que notre Armée s’engage à s’en acquitter de la manière la plus judicieuse et la plus correcte, en toutes conditions et circonstances, dérange énormément les ennemis du peuple algérien à l’intérieur comme à l’extérieur», a poursuivi le vice-ministre de la Défense. Gaïd Salah, usant d’un verbe tranchant, a explicitement orienté son discours cette fois-ci, -le sixième depuis le début des mouvements populaires appelant au changement du système-, contre des parties étrangères qu’il semble avoir identifiées mais sans les citer.

D’où l’usage d’un ton martial et d’une mise en garde tirée directement d’un verset du coran «Et ne vous jetez pas par vos propres mains dans la destruction».

«Ces ennemis qui excellent dans la saisie des opportunités et qui pêchent dans des eaux troubles et maîtrisent l’art des interprétations fausses et tendancieuses, ignorent que le peuple algérien conscient, authentique et attaché aux préceptes de sa religion islamique, qui comprend parfaitement le sens du verset coranique «et ne vous jetez pas par vos propres mains dans la destruction», sait de fait et de par les dures expériences qu’il a vécues, durant la période du colonialisme français, ensuite durant la décennie noire du terrorisme, de par son sens du patriotisme, comment faire face aux crises que connait son pays et comment contribuer avec un patriotisme élevé à déjouer les plans de ceux qui guettent son pays.

Un grand peuple ne craint guère les crises quelle que soit leur ampleur et son sort demeurera de tout temps le triomphe et la victoire». Et pour étayer ses mots par la puissance de l’institution qu’il dirige, Gaïd Salah a mis en valeur le haut niveau atteint par l’Ecole supérieure de guerre dans le domaine de la formation supérieure. Une formation sanctionnée par le diplôme de doctorat en sciences militaires, ayant permis, souligne-t-il, de mettre à la disposition des différentes Forces, des cadres d’élite hautement qualifiés.

«La voie d’enseignement que nous voulons que l’Ecole supérieure de guerre prenne en charge consiste à être en parfaite harmonie avec le niveau professionnel qu’a atteint l’Armée Nationale Populaire. Cette harmonie qui signifie la formation de cadres de haut niveau, maîtrisant la réflexion avec professionnalisme», a-t-il indiqué. Pour le général major, «L’armée qui est convaincue que la réputation d’un pays de martyrs est une réputation d’un éclat pérenne qui ne sera nullement impactée par un quelconque facteur interne ou externe, saura indéniablement que le peuple du pays des martyrs est un peuple qui valorise sa bonne réputation à sa juste valeur et accorde au devoir de la préserver avec sagesse et pondération un grand intérêt».

M. A. T.