Accueil A la une La consommation des PCD ne dépasse pas les 26%

Bouira

La consommation des PCD ne dépasse pas les 26%

206

Le taux de consommation des crédits alloués aux programmes communaux de développement (PCD) pour l’année en cours arrêté au 7 octobre dernier à l’échelle de la wilaya est de 25,12%. C’est ce qui ressort des statistiques communiquées hier par le directeur de la programmation et du suivi du budget (DPSB), lors d’un conseil de wilaya consacré, entre autres, à la situation du développement dans la wilaya. Un taux dont le moins que l’on puisse dire est très faible, d’autant plus que l’exercice en cours tire à sa fin. Intervenu pour commenter l’exposé, le wali de Bouira, Mustapha Limani, a qualifié la situation de «critique et inacceptable».

«C’est vraiment honteux que l’on se retrouve à chaque fin d’année avec des taux de consommation de crédits insignifiants. L’an dernier on a à peine consommé 27% des crédits alloués aux PCD», dira le wali, encore plus sévère dans ses commentaires lors de l’examen de la situation projet par projet et commune par commune. Un exposé qui, faut-il le souligner, a levé le voile sur des retards d’inscription, de lancement de projets mais aussi de situations problématiques liées à la conduite de projets.

À ce titre, l’on apprend que certains projets sont lancés par les communes sans qu’il ait délivrance de décisions. Ce procédé ne devrait pas être, déplore le wali, «car il peut donner lieu à des litiges entre les entreprises et les services de l’État». Pour faire le point sur la situation de tous ces projets, M. Limani a exigé un bilan détaillé de toutes les opérations inscrites et celles non encore lancées. Pour revenir à l’exposé, et selon le DPSB, au total 610 opérations ont été inscrites au titre de l’exercice 2019 pour un montant global de 5 milliards de dinars. De cette cagnotte, seulement 1,2 milliards ont été consommés soit un taux de 25,12%.

Le reste s’élève à 3,8 milliards de dinars. Par ailleurs, sur 610 opérations retenues, 401 sont actuellement encore en cours de réalisation, 159 ont été clôturées et 50 autres ne sont pas encore lancées. L’autre dossier traité lors du conseil de wilaya concerne le secteur de l’éducation nationale. Deux directeurs de l’exécutif, celui des équipements publics et de l’éducation, se sont succédé au micro pour livrer des chiffres relatifs au secteur. Ainsi, et sur le volet équipements de l’éducation, le DEP a indiqué que le secteur a bénéficié de 216 équipements scolaires pour un montant de 10,9 milliards de dinars. 184 de ces équipements ont été livrés.

À la fin de l’année en cours, il est prévu la livraison de 17 autres équipements et 22 salles de cours. Il est aussi prévu le lancement des travaux de réalisation de 31 autres équipements d’ici la fin de l’année. De son côté, le directeur de l’éducation a fait savoir que le secteur compte 58 lycées, 127 CEM et 542 écoles primaires. Le nombre des élèves à l’échelle de la wilaya s’élève à 186 666, selon le DE. Revenant sur la rentrée scolaire, le même responsable a souligné que celle-ci s’est déroulée dans de bonnes conditions.

Sur la prime de scolarité, le DE a noté que sur les 65 000 aides attribuées à la wilaya, 62 118 ont été d’ores et déjà versées à leurs bénéficiaires et que l’opération sera clôturée la semaine prochaine. Sur le livre scolaire, le même responsable a expliqué qu’au total 1 350 106 manuels ont été distribués. Après ces deux exposés, la parole sera cédée aux maires des différentes communes de la wilaya pour exposer certains problèmes liés à la gestion des écoles primaires. Ils feront, entre autres, état de la vétusté de beaucoup d’écoles et d’un déficit en personnel au niveau des cantines.

Djamel Moulla