Accueil A la une La coupe d’Afrique à Mechtras

TIZI OUZOU Le cadeau de l’Aïd de Youcef Attal aux siens

La coupe d’Afrique à Mechtras

5828

L’international algérien Youcef Attal, originaire de la commune de Mechtras, a semé la joie et le bonheur parmi les habitants de sa région, fervents supporters de l’équipe nationale, à l’occasion de la fête de l’Aïd El-Kebir.

La star de l’équipe nationale, championne d’Afrique au Caire (Egypte), a en effet eu l’ingénieuse idée d’apporter le trophée jusqu’à sa localité d’origine, avant-hier dimanche, premier jour de l’Aïd, où les habitants lui ont exprimé leur gratitude, en lui organisant une belle cérémonie à la maison de jeune. Ce fut en présence des autorités locales, de nombreux invités et un grand nombre de supporters de la sélection nationale.

C’est vers 17 heures que la coqueluche de l’équipe nationale a fait son entrée, accompagné de son père Kader et de membres de sa famille. Le trophée fut placé à portée des regards admiratifs et au comble du bonheur. Prenant la parole, le maire de Mechtras dira : «Bienvenue à notre enfant prodige qui a honoré notre localité et notre pays en contribuant à ramener la coupe d’Afrique en Algérie et à l’offrir à notre peuple qui l’espérait depuis 1990. Nous le remercions, non seulement parce qu’il a tout donné durant la compétition, mais aussi pour avoir eu la générosité de nous apporter le trophée jusque dans notre commune. Quand Youcef fut blessé, j’ai personnellement pensé que l’aventure africaine était terminée pour nous.

C’était difficile de regarder l’équipe évoluer sans lui. Mais Youcef, même s’il n’a pas participé à la finale, il a beaucoup donné lors des premiers matchs où s’était enclenchée une invincible dynamique. Un grand merci à ce digne enfant de la région, et à son père Kader qui a tout fait pour faire de son fils un grand joueur». Puis ce fut au tour de Youcef Attal de prendre la parole et dire : «Comme mon agenda était chargé, je n’ai pas pu répondre à votre première invitation. Mais au fond de moi, je savais que ce n’était que partie remise, cat je savais que j’allais passer l’Aïd chez moi, à Mechtras. Et j’ai pensé que le meilleur des cadeaux serait de vous faire la surprise de vous apporter le trophée. Je ne pouvais ne pas partager ce bonheur avec les miens. La coupe est là pour vous tous». Questionné sur son avenir, avec notamment l’équipe nationale, le champion d’Afrique se contentera de dire : «Nous devons encore travailler davantage pour nous améliorer et continuer à faire plaisir à nos supporters et à tout le peuple algérien. Notre bonheur suprême est de faire honneur à notre pays». Le joueur s’est ensuite amicalement prêté au jeu des selfies et de la séance de photos-souvenirs avec ses nombreux fans.

«Nous remercions Attal pour ce qu’il a donné sur le terrain et pour ce geste qui nous va droit au cœur. On ne pouvait espérer plus précieux cadeau en cette fête de l’Aïd», nous dira, ému aux larmes, un des fans du joueurs.

Akli D, Igman et du foot à Tighilt Mahmoud

Au village de Tighilt Mahmoud (Souk El Tenine), la fête de l’Aïd a été l’occasion d’organiser la finale du tournoi de foot à six. Dans la journée de samedi, le stade de Taddourouts a accueilli les deux équipes finalistes, «les verts» et «les jaunes» qui se sont affrontés avec acharnement pour décrocher le titre de champion. Un match qui s’est néanmoins déroulé dans un total fair-play. Après la fin du temps réglementaire sur un nul, les deux équipes se sont départagées aux tirs au but. Et ce sont «les verts» qui se sont imposés par cinq réalisations, alors que «les jaunes» ont raté deux penalties. Des coupes et des médailles ont été décernées aux deux équipes dans une ambiance de gaieté et de fraternité.

Et pour clôturer en beauté le tournoi, un particulier qui venait de fêter la circoncision de son fils a invité les chanteurs de renom, dont Akli D, Kamel Igman et Zahia, pour un grand gala en soirée. Le comité du village et l’association culturelle «Tighilt Nagh» se sont attelés à bien organiser l’événement. Une scène mobile fut installée sur la placette du village qui grouillait de monde à partir de 21 heures.

Les villageois sont venus nombreux et en familles pour profiter de ce grand moment de joie. Montant le premier sur scène, Akli D n’a pas tardé à captiver l’assistance et faire chauffer l’ambiance. Égrainant ses plus beaux titres, le chanteur emportera le public qui reprenait en chœur les paroles. Puis, ce fut au tour de Kamal Igman, qui fit une entrée fracassante, ovationné et applaudi à tout rompre par un public de plus en plus exalté. Les chansons sentimentales de l’artiste furent reprises au mot près par les présents. La chanteuse Zahia montera à son tour sur scène, interprétant plusieurs de ses titres qui firent le bonheur de l’assistance, notamment la gent féminine. D’autres chanteurs locaux se sont ensuite succédé sur scène, berçant chacun le public de son style. La fête se prolongera ainsi jusqu’au petit matin au grand bonheur des villageois qui n’oublieront pas de sitôt cette fête de l’Aïd 2019.

L’autre finale à Aït Abdelmoumène

À Aït Abdelmoumène, dans la commune de Tizi ntléta, au sud du chef-lieu de Tizi Ouzou, ce fut également la joie, le partage et le plaisir sportif. Les organisateurs du tournoi des juniors ont programmé la finale pour la veille de l’Aïd, samedi dernier. «Nous avons décidé d’organiser cette finale la veille de l’Aïd afin de réunir les villageois et fêter l’Aïd en toute sportivité», explique un des organisateurs. Les deux équipes finalistes, issues du même quartier Taddert Oufella, se sont données à fond dans un match derby. Les joueurs de l’équipe dite «monument», avec une plus grande expérience, puisque la plupart évoluent à l’US Beni Douala, ont bien dominé le match, sans pour autant le remporter. Le temps réglementaire de la rencontre finira sur un score de parité. Aux tirs au but, c’est la deuxième équipe, «Taddert Oufella», qui finalement l’emportera par 5 TAB à 3 pour l’équipe «Monument». Des médailles et des coupes ont là aussi été remises aux deux équipes.

A signaler que la finale du tournoi destiné aux séniors est prévue pour aujourd’hui, mardi. La confrontation entre l’équipe d’Amalou, champion en titre et qui a animé déjà trois finales, et l’équipe de Taghoucht, en quête d’un sacre, promet d’être une belle empoignade. Signalons que ce tournoi est à sa 4e édition. «Après la disparition de notre club, le MSA, qui avait réussi à une certaine époque à accéder en championnat honneur, nous nous efforçons d’organiser ces tournois pour encourager nos jeunes à la pratique sportive. Toutefois, notre stade n’est pas encore aux normes et a besoin d’un élargissement, de vestiaires, de drainage et de tribunes. Nous profitons de cette occasion pour interpeller les autorités et leur demander d’aider à son aménagement, pour qu’il bénéficie enfin d’une homologation», plaideront les organisateurs et les joueurs.

De la solidarité à Agouni Gueghrane, Tizi N’Tléta, Ait Toudert et Ouacif

Pour aider les familles nécessiteuses à passer une bonne fête de l’Aïd, l’association El baraka (bureau de Tizi Ouzou) a commencé à collecter des aides depuis plusieurs semaines. «Nous avons entamé l’opération de collecte des aides depuis presque la fin du mois de Ramadhan. Nous avons pu ramasser des lots de médicaments, des vêtements neufs et sept moutons, grâce à des donateurs anonymes. Nous avons donc, la veille de l’aïd el Adha, distribué ces couffins à 130 familles de plusieurs communes, comme Agouni Gueghrane, Tizi n’tléta, Aït Toudert, Ouacif, Tizi Ouzou et Tizi Gheniff. Notre satisfaction fut de voir le sourire sur les visages des enfants des familles concernées», dira Ahcène Menad, président de l’association, qui précisera : «Nous ne pouvons malheureusement pas satisfaire toutes les familles qui sont nombreuses. Il faut passer à une autre étape. Pour mettre un terme à la précarité et à la pauvreté, il faut revoir notre système de solidarité et de sécurité sociale et donner l’occasion aux handicapés, aux pauvres et aux démunis de travailler et de gagner leur subsistance».

A signaler que la fête de l’Aïd fut des plus éprouvantes pour un grand nombre de familles, tant les produits de large consommation, notamment les fruits et les légumes, ont atteint des prix exorbitants. La laitue à titre d’exemple a été vendue à 250DA. Les prix des viandes n’ont pas baissé depuis des mois, et ceux des vêtements ont connu une hausse vertigineuse. Quant au prix du mouton, c’était carrément le feu. À signaler aussi que le pain et le lait ont brillé par leur manque à travers la région du versant sud de la wilaya. «Je n’ai plus un sou en poche, l’Aïd est venu à bout de mes moindres économies», confie ce père de famille.
Hocine Taïb