Accueil A la une La cour des comptes enquête à l’APC

Yatafen

La cour des comptes enquête à l’APC

1326

La cour des comptes aurait passé, dernièrement, au crible les dossiers
de gestion de la mairie de Yatafen, apprend-on d’une source de l’APC.

En effet, durant plus d’une dizaine de jours, des enquêteurs se seraient rendus aux différents services de la mairie et auraient épluché des dossiers au niveau de la comptabilité et des différents services de cette institution.

Toujours selon la même source, les enquêteurs se seraient même déplacés, sur des sites, pour voir de visu certains projets réalisés. Selon des indiscrétions, la commission se serait penchée beaucoup plus sur la gestion antérieure de projets. On dit qu’elle se serait déplacée à Yatafen «suite à un rapport dénonçant la gestion des affaires de l’APC, dont le ou les auteurs (dudit rapport), ayant requis l’anonymat, avaient adressé à toutes les autorités concernées».

D’après certaines sources, la commission d’enquête se serait penchée sur la gestion de certains projets réalisés à partir de 2005, particulièrement le stade de Tala Melloulen, à Aït Daoud, et celui d’El-Merfeq à Aït Sâada. Lors de la présence de la commission sur place, une certaine tension, ébruitent plusieurs témoignages, a régné au niveau des différents bureaux et services. On rapporte notamment les incessants va-et-vient des agents et surtout les piles de dossiers ressortis partout dans les différents services.

La venue de cette commission de la cour des comptes à Yatafen a volé la vedette à la coupe d’Afrique, allant jusqu’à constituer le sujet de quasiment tous à l’intérieur comme à l’extérieur de l’administration. Les mauvaises langues donnaient libre cours à des supputations sur de supposés «trous financiers signalés».

L’événement a ravivé également les discussions autour de différents projets confiés, surtout à partir des années 2000, notamment à certaines entreprises par la municipalité. Pour rappel, la commune de Yatafen est présentement gérée par la cheffe de daïra de Béni Yenni et ce depuis le 9 octobre 2018 suite aux multiples dissensions et mésententes entres les 13 élus des 7 listes candidates aux élections municipales de novembre 2017 qui n’ont pu mettre en place un exécutif.
M. A. B.