Accueil A la une La présidentielle fixée pour le 18 avril

Élections - Bouteflika a convoqué le corps électoral hier

La présidentielle fixée pour le 18 avril

527

L’élection présidentielle aura lieu le 18 avril prochain. Le corps électoral a été officiellement convoqué, hier, par le président de la République qui a signé le décret présidentiel.

Après plusieurs jours d’attente, Abdelaziz Bouteflika a tranché sur la date du scrutin présidentiel en signant, hier, un décret présidentiel portant convocation du corps électoral pour l’élection présidentielle qui se déroulera le 18 avril prochain, a indiqué, en milieu de la matinée d’hier, un communiqué de la présidence de la République, répercuté par l’Agence officielle, APS.

«En application de l’article 136 de la loi organique relative au régime électoral, Monsieur Abdelaziz Bouteflika, président de la République, a pris ce jour (hier), un décret présidentiel convoquant le corps électoral pour l’élection présidentielle qui se déroulera le jeudi 18 avril 2019», précise le communiqué.

«Le même décret dispose, également, une révision exceptionnelle des listes électorales qui s’effectuera du 23 janvier au 6 février 2019», est-il souligné dans le communiqué. Avec la signature de ce décret, le processus électoral du plus important rendez-vous politique du pays est enclenché. Les candidatures ne devraient, cependant, pas tarder à se manifester, puisque la loi relative au régime électoral stipule dans son article 140, que la déclaration de candidature est déposée au plus tard dans les 45 jours qui suivent la publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral.

Le Conseil constitutionnel devra statuer, ensuite, sur la validité des candidatures dans un délai de dix jours à compter de la date du dépôt de la déclaration de candidature. La Constitution de 2016 a défini les conditions de candidature à la magistrature suprême du pays. Ainsi, le candidat doit jouir exclusivement de la nationalité algérienne d’origine, attester de la nationalité d’origine du père et de la mère, avoir 40 ans révolus au jour de l’élection, être de confession musulmane, jouir de la plénitude de ses droits civils politiques et attester de la nationalité algérienne d’origine unique du conjoint.

Le candidat doit présenter soit une liste comprenant 600 signatures individuelles de membres d’élus d’APC et d’APW ou de l’APN, au moins à travers 25 wilayas, soit un minimum de 60 000 signatures individuelles d’électeurs inscrits sur une liste électorale.

Ces signatures doivent être recueillies à travers 25 wilayas au minimum, dont le minimal des signatures exigées pour chaque wilaya ne saurait être inférieur à 1 500. 410 membres composant la Haute instance indépendante de surveillance des élections vont devoir se mettre sur le terrain dès le 23 janvier pour superviser les opérations de révision des listes électorales, avant de s’engager dans la surveillance et la supervision des candidatures, de leurs sorties publiques et, le jour du scrutin, à la supervision du déroulement du vote.

Aussi, avec la convocation du corps électoral, une commission nationale de préparation et d’organisation de l’élection présidentielle, présidée par le Premier ministre, devra être installée dans les 30 prochains jours. Elle le sera sur instruction du président de la République. Son rôle principal est de garantir le bon déroulement du scrutin via la mobilisation de tous les moyens humains et matériels nécessaires au profit des candidats et des électeurs.

M. A. T