Accueil A la une La tension demeure !

EPH Akloul Ali d’Akbou

La tension demeure !

196

Pour le troisième samedi consécutif, des dizaines de citoyens de la commune d’Akbou se sont rassemblés, hier, devant le portail principal de l’hôpital Akloul Ali pour réclamer «le départ immédiat» du directeur de cet établissement hospitalier et exiger l’intervention urgente des pouvoirs publics afin de remédier aux multiples carences dont souffre cette structure de santé.

Bien qu’une commission du ministère de la Santé ait été dépêchée sur les lieux et ait été témoin de la situation catastrophique dans laquelle se trouve l’EPH, rien n’a été fait jusqu’à présent pour y remédier. Les promesses des pouvoirs publics de prendre en charge nos doléances ne sont pas suivies d’effet», regrette l’un des protestataires. Ces derniers ont également soulevé avec acuité le manque de matériel et de personnel médical, notamment dans le service d’infirmerie, au niveau de cette structure de santé. Pour rappel, la section syndicale de cet établissement a déjà tiré la sonnette d’alarme, au mois de février dernier, «sur la dégradation de la qualité de la prise en charge des malades» à l’hôpital Akloul Ali.

En effet, dans une correspondance adressée aux responsables locaux du secteur de la santé, dont le wali a été destinataire d’une copie, la section syndicale avait déploré «le mauvais aménagement» du nouveau pavillon des urgences, lequel ne répond pas, selon elle, «aux normes standards régissant le service des urgences». Il a été également réclamé dans cette missive, «l’installation d’un couloir technique pour les services de maternité et de chirurgie reliant le bloc opératoire des deux services», afin, explique-t-on, «de veiller à l’intimité du malade», «en raison du flux des usagers». Pour sa part, le directeur de l’EPH Akloul Ali avait dénoncé, dernièrement, dans une déclaration rendue publique, une «campagne d’acharnement» menée sur les réseaux sociaux ciblant sa personne et l’EPH.

En outre, il défend son bilan, en affirmant que depuis sa nomination par décision ministérielle à la tête de cet établissement, en 2015, «l’hôpital d’Akbou dispose, pour la première fois, de 40 médecins spécialistes, et ce depuis sa création, en 1968». Et de poursuivre : «Ces spécialistes constituent une bouffée d’oxygène pour la population.» A noter que l’EPH d’Akbou prend en charge une population avoisinant les 300 000 habitants, répartie à travers ses 15 communes, en plus d’autres venus de quelques communes des wilayas limitrophes.
B. S.