Accueil A la une Le budget de la colère !

TIZI OUZOU - Les maires boycottent la commission d’arbitrage

Le budget de la colère !

853

Les maires de la quasi-totalité des communes de la wilaya de Tizi Ouzou ont décidé de boycotter la commission d’arbitrage devant traiter les montants des plans communaux de développement (PCD) 2020.

Dans une déclaration rendue publique avant-hier, la coordination des maires de la wilaya de Tizi Ouzou affirme «avoir décidé, à l’unanimité, de surseoir aux séances d’arbitrages de la wilaya relatives aux PCD 2020» et «se réserver le droit d’entreprendre d’autres actions». Pour rappel, les maires avaient organisé, mardi passé, un sit-in à l’intérieur de la cité administrative de la wilaya, pour dire leur «colère quant aux restrictions budgétaires» concernant les cagnottes PCD 2020 qui sont de 1,5 milliard de centimes par commune. Une cagnotte jugée «insuffisante pour prendre en charge ne serait-ce qu’un seul quartier dans une seule commune», expliquent les maires.

À signaler aussi que le secrétaire général de la wilaya, Zinedine Tibourtine, n’a pas tardé à réagir puisqu’il a annoncé à la presse que «4,7 milliards de dinars sont en dormance à travers les communes. Les subventions précédemment accordées aux communes ne sont pas encore consommées. Nous sommes prêts à allouer plus d’argent, à condition d’élever le taux de consommation», a-t-il noté. Une déclaration qui n’est pas passée inaperçue, puisque les maires de la wilaya de Tizi Ouzou ont réagi en se réunissant avant-hier, à l’hémicycle Aissat Rabah, pour «discuter de la suite à donner au mouvement de protestation, évaluer l’action du 14 janvier dernier et répondre au secrétaire général de la wilaya», lit-on encore sur la déclaration de la coordination des maires. Les P/APC saluent à travers leur déclaration «la forte mobilisation de tous les élus de la wilaya, qui ont permis la réussite de ces actions. Et c’est devant le silence des pouvoirs publics que la coordination a décidé à l’unanimité de surseoir aux séances d’arbitrages de la wilaya relatives aux PCD 2020», notant que «la coordination considère la déclaration du Secrétaire Général de la wilaya comme une pure fuite en avant, tendant à détourner l’opinion publique des véritables responsables du sous-développement dans lequel se débat notre wilaya et des autres formes de blocage du fait de son administration», ont-ils encore écrit.

La coordination des maires ajoute : «Mettre le faible taux de consommation de l’argent public alloué à notre wilaya sur le dos des communes est un raccourci très simpliste, dont le but est de discréditer les édiles communaux. Tant qu’on y est, pourquoi le vénérable maître des chiffres et des ratios ne nous dit-il pas les montants colossaux qui sont gelés dans les comptes des multiples directions de wilaya». L’ensemble des maires se disent «engagés à rester mobilisés et déterminés à continuer le combat de réhabilitation du statut et de la fonction de l’élu local dont la mission est la défense du droit citoyen», concluent les rédacteurs de la déclaration. À signaler également que le président de l’APW de Tizi Ouzou a annoncé, pour début février, une session extraordinaire de l’assemblée «qui sera consacrée, notamment, au développement de la wilaya, aux restrictions budgétaires, aux différents blocages, aux projets à la traîne ou gelés, mais aussi à l’éventualité d’inscription de nouveau projets au profit de la wilaya de Tizi Ouzou qui peine toujours à sortir la tête de l’eau». C’est dire que la situation risque de se corser entre les élus du peuple et l’administration dans les semaines à venir.
Hocine T