Accueil Évènement Le passe-muraille ou les murs hermétiques

Point du jour

Le passe-muraille ou les murs hermétiques

66

Par S Ait Hamouda
La dimension que prend le mouvement populaire, à la veille de la rentrée sociale, devient de plus en plus délicate. De prime abord, les partis ne s’entendent pas sur la stratégie à suivre, ensuite la sortie de crise, chacun la voit selon son angle de vue restreint et étroit. Au demeurant, il reste à trouver l’issue au diapason du peuple. C’est que ces tergiversations mènent droit vers une catastrophe nationale, en dépit de tout ce que font le peuple, son «hirak» et ses représentants élus ou pas.

Lorsqu’on ne s’entend pas, quoiqu’on dise, c’est qu’on ne veut pas s’écouter, par égo démesuré ou parce qu’on croit détenir la solution absolue sur le devenir du pays, même si cette solution n’est partagée par personne d’autre. S’il y a des institutions reconnues de la République, c’est ce qui permet à l’Algérie de fonctionner pour le moment, et qu’elles disent ce qu’elles pensent à l’instant, il faut les écouter. Parce qu’ils ont pensé au pays, à son devenir. Autrement dit, il faut savoir ouïr les autres par patriotisme, nationalisme ou amour de sa terre.

Qu’on emmure une APC, comme à Aït Yahia Moussa, c’est faire montre d’une inconscience inouïe, c’est barrer la voie de la mairie aux citoyens qui en ont besoin. C’est faire abstraction du service administratif, c’est violer le droit des administrés et c’est engendrer des problèmes à ceux-ci, alors qu’ils ont déjà trop de difficultés à comprendre leurs rôles. La panacée c’est d’être à la mesure de ce qu’attendent la région et le pays d’eux. C’est la solution qui doit venir du peuple, pas la gêne. Dés lors que l’on emmure les portes d’accès aux administrations, on soumet les administrés au malaise et ceci expliquant cela, on met tout le monde dans l’embarras.

Que l’on sache, la population n’a que faire des complications qu’on lui pose sans réfléchir aux conséquences qui adviendraient après. La population voudrait changer de système certes, mais sans qu’on porte atteinte à son administration. Présentement, improviser des contestations, des mouvements de colère, ne mène nulle part à part à des débordements incongrus.
S. A. H.