Accueil Évènement Le présent composé et le futur simple

Le présent composé et le futur simple

Le point

127

Par Ali Boudjelil
Une fin de semaine est attendue par le travailleur et par l’élève qui travaille. Si le dernier nommé pense à s’adonner à ses jeux, le fonctionnaire, quant à lui, tente de lever le voile sur ce qui l’empêche de voir clair pour se décider à tracer sa notice d’emploi. Car il continue, malgré lui, de jouir des après-midis des jeudis, par habitude, en montrant cependant des signes de lassitude qui le mènent aux abords des routes ou sous l’olivier, pour voir tranquillement, avant le vendredi, premier jour de week-end hebdomadaire, si son verre est à moitié plein ou à moitié vide. Puisque le week-end universel a filé sous nos doigts parce que nous avions été distraits par un érudit égyptien invité le temps qu’il fallait sur un plateau pour investir les écrans de nos CT 2 et de nos CT 5 au composant Schneider, on doit accepter de vivre avec les effets secondaires de sa lotion. Notre week-end judéo-musulman est vécu dans toute sa sacralité. Et c’est de là qu’ont surgi des questionnements, les uns insidieux, les autres pertinents.

Que faire de son vendredi si on s’abstient d’accompagner le Hirak ? Que faire de son samedi quand on n’a rien à louvoyer du côté de la poste ? Sauf si on a à cultiver son jardin ou à promener sa progéniture, il serait certainement difficile de trouver un bon restaurant qui ferait oublier l’évier de cuisine à sa moitié. Sachant qu’il est très difficile de s’évader d’une prison qui n’a pas de murs, même en ces journées ensoleillées d’hiver, passer le temps en le tuant ne peut être jugé acte condamnable. Le dimanche à la campagne vécu à l’heure GMT est un souvenir qui arrache des soupirs. Mais, l’heure n’est-elle pas venue de prendre le train de la nouvelle Algérie qui vient de démarrer à petite vitesse. Pour ne point laisser des embûches obstruer les rails qui ont failli lui faire perdre sa destination et le Nord. Un Nord que les Forces célestes lui ont choisi et que les forces terrestres n’ont jamais réussi à lui substituer. Car la boussole a été toujours, depuis la nuit des temps, entre de bonnes mains. Osons prendre ensemble ce train et nos enfants n’en seront que fiers de faire partie de ce beau voyage. Pour que le week-end ne fatigue plus…
A. B.