Accueil Évènement Les artistes pleurent la perte d’un exemple

Décès du chanteur Idir

Les artistes pleurent la perte d’un exemple

349

Au lendemain du décès du chanteur Idir, de nombreux messages de condoléances affluent sans discontinuer de la part des artistes qui saluent la mémoire et le parcours d’un chanteur disparu à l’âge de 71 ans, après avoir voué toute sa vie à la culture et au combat identitaire par l’art. Pour Lounis Ait Menguellet, le départ d’Idir marque la fin d’une époque pour « notre chanson ». A sa dernière visite, se rappelle le poète, Idir disait qu’il était peu probable de monter encore sur scène (…) ».

Takfarinas, vedette de la chanson moderne, s’est dit attristé et bouleversé par le décès d’Idir (qui) « a ouvert, par son premier album des portes, fermées des siècles avant ». Boudjemaa Agraw, membre du défunt groupe musical Agraw (Révolution) dont faisait partie Takfarinas, a souligné que « la chanson kabyle a perdu en la personne d’Idir un de ses ambassadeurs ». Avis partagé par Malika Domrane, vedette du folklore kabyle, qui regrette la perte d’un « ambassadeur de la chanson moderne.

Zedek Mouloud, chanteur et compositeur, estime que la musique kabyle a perdu un de ses monuments avec la disparition d’Idir, décrit comme « un poète, homme de paix et une voix qui force le respect ». Brahim Tayeb, chanteur moderne d’expression kabyle, estime qu’avec le décès d’Idir, le monde artistique vient de perdre une de ses icônes d’expression kabyle. C’est un artiste qui a fait le bonheur de toute l’Algérie (…) mais son œuvre restera pour toujours et ravivera son souvenir », réagit avec émotion l’artiste. Amel Zen, chanteuse de pop, pleure la mort d’un chanteur dont les mélodies « ont bercé nos vies et accompagné nos cérémonies » et rappelle l’importance de préserver notre identifie.