Accueil A la une Les Bouiris crient «au bradage des richesses»

MANIFESTATIONS - 34e vendredi de marches pacifiques

Les Bouiris crient «au bradage des richesses»

456

Pour le 34e vendredi consécutif, ils étaient nombreux à sortir pacifiquement dans les rues de Bouira pour rejeter le calendrier électoral et exiger la libération des détenus. Juste après la prière de vendredi, les manifestants se sont regroupés au niveau de la placette de la vieille ville avec drapeau amazigh, l’emblème national et autres banderoles. Ainsi et afin d’exiger un «véritable changement démocratique», des milliers de citoyens ont battu le pavé à travers les artères et boulevards de la ville de Bouira en scandant «État civil et non militaire», «Libérez l’Algérie… Libérez les détenus», «Pas d’élections avec le gang», «Algérie libre et démocratique», «Le peuple veut son indépendance», «Y en a marre de ce pouvoir», «Pouvoir assassin», étaient les principaux slogans réitérés.

La libération de l’ensemble des détenus politiques était également au menu des revendications populaires avec les photos des jeunes détenus emprisonnés à Alger lors des précédentes marches, ainsi que les posters de Bouregaa, Karim Tabou et Boumala toujours en détention. «Comment voulez-vous croire aux discours du Président imposé et illégitime ainsi que les membres de son gouvernement ou ceux du chef d’état-major de l’armée alors qu’ils ont eux-mêmes cautionné et soutenu activement les différentes candidatures de l’ex-Président Bouteflika.

Se rendre aux élections dans ces conditions équivaut à un suicide de l’Algérie et c’est pour cela que nous sortirons chaque vendredi pour exiger l’instauration d’une période de transition. Nous appelons à l’application des articles 7 et 8 de la Constitution algérienne», s’indignera un vieil homme en arrivant devant le siège du RND alors que la foule scandait «RND dégage ! FLN dégage». Des manifestant de Haïzer tenaient une banderole géante avec les photos des jeunes détenus de la région, dont Akli Akbi, Hamza Karoune, Ali Lakhal, Massinissa Aissous, Karim Boutata, Samira Messouci et Bouregaa. «Libérez les détenus d’opinion», «Ulac l’vote ulac», «Oui pour une transition démocratique», pouvait-on lire sur la banderole.

Des activistes du mouvement RAJ présents exigeaient, quant à eux, la libération de leur président Abdelouahab Fersaoui, arrêté la veille lors d’un rassemblement devant le tribunal de Sidi M’hamed. Fusaient massivement «Doula madania, matchi askaria» (État civil et non militaire), «Anelhu anelhu alma ighli u dhabu», tout en réitérant les principes d’une démocratie avec une transition pacifique pour une deuxième République. Les policiers en faction devant le siège de la sûreté en ont également pris pour leur grade lorsqu’en passant devant eux, la foule hurlait «Policia abou lmiziria».

De nouveaux slogans ont fait leurs apparitions au cours de la journée d’hier, notamment avec la future loi des hydrocarbures et le projet de loi de finances en cours de préparation. «Nous ne voulons pas d’ingérence étrangère dans notre mouvement mais pendant ce temps, le gouvernement fantoche associe de grandes compagnies pétrolières internationales pour l’élaboration de la nouvelle loi sur les hydrocarbures dans notre pays ! De quel droit ? C’est inadmissible pour ce gouvernement qui se dit incapable de rehausser les salaires mais qui s’octroie le privilège de brader nos ressources pétrolières et minières. Yetnahew ga3. Nous mettons en garde les pays européens et étrangers de nous spolier impunément de la sorte.

Les ressources pétrolières algériennes appartiennent aux Algériens et seul le peuple décidera à qui confier l’avenir du pays», scandera un manifestant dans son mégaphone avant que la foule ne reprennent en chœur «Ulac lgaz a Macron sahmu striciti». D’ailleurs, plusieurs écrits dénonçaient «Halte au bradage des richesses de l’Algérie». La marche s’est déroulée presque sans incident, hormis quelques échanges verbaux houleux entre des manifestants et des automobilistes, nombreux paradoxalement, à rouler sur les boulevards en cette journée dédiée aux marches. «Il s’agit là de provocations auxquelles nous ne devons pas répondre (…) Ces gens (les automobilistes, ndlr) sont des doubabs en mission pour mettre la pagaille dans nos rangs, mais nous resterons unis», lancera un manifestant à l’adresse de ceux qu’il qualifiera de «cachiristes».

Hafidh Bessaoudi