Accueil A la une Les élus de la majorité menacent

TIFRA - Le siège de l’APC est fermé depuis 7 mois

Les élus de la majorité menacent

705

Depuis le 1er juillet dernier, le siège de l’APC de Tifra est fermé. Cette action est l’œuvre d’habitants du village Tifra, qui réclament de meilleures conditions de vie.

Les multiples tentatives visant à faire revenir les auteurs de cette extrême action à la raison ont toutes échoué. Devant cette situation qui se corse de plus en plus, les élus de la majorité ont tenté encore une fois de convaincre les protestataires de surseoir à leur action et de revenir à de meilleurs sentiments, et ce dans l’intérêt des habitants de toute la région. «Nous invitons toutes les bonnes volontés, au niveau de la commune et du village de Tifra, à s’impliquer, afin de trouver une solution définitive à cette situation qui ne peut être justifiée et qui constitue un précédent très grave dans l’histoire de notre commune», ont écrit les élus de la majorité dans une déclaration rendue publique dernièrement. Ils ont également estimé que cette situation a trop duré. Dans leur document, ces élus de la majorité ont précisé avoir «tout fait pour apporter des solutions et assurer la continuité du service public avec ferveur et détermination».

Et sur un ton menaçant, les signataires de la déclaration ont fait savoir: «Vu l’entêtement et l’acharnement de ce groupuscule à maintenir le pourrissement, nous avons décidé d’agir, en usant de tous les moyens légaux et pacifiques pour mettre fin à cette situation qui pénalise la population de la commune, en premier lieu.» Pour ces élus, la fermeture du siège de l’APC est l’œuvre d’«un groupuscule de «nuisibles», dont le seul objectif est de saboter les efforts de l’exécutif de l’APC et de pourrir la vie des citoyens.

«Ces gesticulateurs, en rupture totale avec la réalité, ne finissent pas de sombrer dans leur inconscience. Il leur faudra pourtant bien admettre qu’en agissant de la sorte, ils se rendent artisans de leur propre exclusion à leur tête, un individu sans scrupules et sans dignité ni moralité, qui se conduit comme un caïd», a-t-on ajouté, rappelant que «plusieurs tentatives de conciliation ont été conduites par le wali, des représentants de village, des notables et des personnes animées de bonne volonté pour les ramener à de meilleurs sentiments, en vain. Sans oublier les tentatives organisées par des notables et représentants des quartiers du village Tifra, qui refusent cette situation ne servant personne, excepté les partisans du pourrissement, lesquels se comptent sur le bout des doigts».
F. A. B.